Le chef de la MINUSCA bientôt devant le Conseil de sécurité de l’ONU

0
44


Bangui,(ACAP)- Le Porte-parole de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations-Unies pour la stabilisation en Centrafrique (MINUSCA), Vladimir Montéiro, a animé, mercredi 20 juin 2018 à  Bangui, la conférence de presse hebdomadaire de l’Institution onusienne relative aux activités réalisées par les casques bleus de la MINUSCA durant la semaine du 14 au 19 juin dernier.

Le Porte-parole Vladimir Montéiro a indiqué que le 28 juin prochain, l’occasion sera donnée au Représentant spécial du Secrétaire général des Nations-Unies en Centrafrique, Parfait Onanga-Anyanga, de présenter aux 15 membres permanents du Conseil de Sécurité, la situation sur les derniers événements survenus dans le pays.

La Sous-secrétaire générale aux opérations de maintien de la paix, Bintou Kéita, en vite de travail depuis le 18 juin dernier en République Centrafricaine, s’est déjà  entretenue avec les plus hautes autorités du pays, a-t-il souligné, ajoutant que l’agenda de Bintou Kéita prévoit ce mercredi matin une série de rencontres avec les représentants de la société civile, la plateforme des confessions religieuses ainsi que le réseau des femmes et dans l’après-midi des contacts avec les membres du panel de l’Union Africaine.

Selon lui, le but de la visite de Bintou Kéita est de réaffirmer le soutien des Nations-Unies à  l’initiative de paix de l’Union Africaine ainsi qu’aux efforts de la MINUSCA en matière de consolidation de la paix.

Il a rappelé la mise en garde aux groupes armés de l’Unité pour la paix en Centrafrique (UPC) et à  tous ceux qui veulent entraver le redéploiement des Forces armées centrafricaines(FACA) qui ont quitté mardi dernier Bambari à  destination de Bangassou (747 km à  l’est de Bangui), leur point de chute.

Le Porte-parole de la MINUSCA a annoncé que le 25 juin prochain, le procureur spécial près la Cour Pénale Spéciale va s’entretenir avec les professionnels des médias sur la première année d’existence de cette juridiction, les difficultés rencontrées et les perspectives d’avenir.

Il convient de noter que durant la semaine écoulée, il y a eu 35 cas d’abus et de violation des droits de l’homme.

Etienne Vikoma/ACAP

Source : abangui.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here