Centrafrique : première édition des cahiers économiques

0
140


Les premiers cahiers économiques de la République centrafricaine comprennent des études et analyses susceptibles d’orienter les décisions du gouvernement centrafricain en ce qui concerne les projets de développement, a appris Xinhua mardi auprès du ministère du Plan, de l’Economie et de la Coopération.

Intitulé « briser le cycle des conflits et l’instabilité », cette première édition des cahiers économiques de la Centrafrique suggère qu’au moment où le pays s’efforce de surmonter les séquelles des conflits et de l’instabilité, il peut tirer les expériences des autres pays qui sont sortis de conflits comme le Burkina Faso, l’Ethiopie, le Ghana, le Liberia et le Rwanda.

Le responsable des opérations de la Banque mondiale en Centrafrique, Robert Bou Jaoude, lors de la présentation du premier numéro ce mardi, a fait savoir que les études compilées dans les cahiers économiques ont été menées par la Banque mondiale, en collaboration avec la direction générale de l’économie centrafricaine.

Il a ajouté que ces études ont porté sur les évolutions annuelles des tendances économiques dans le pays pour aider le gouvernement et ses partenaires techniques et financiers à  identifier de nouvelles opportunités et à  relever des défis persistants.

Il est également proposé, dans ces cahiers, l’implication de la société civile pour consolider les acquis démocratiques, le renforcement de la responsabilité publique et l’amélioration de la transparence, par l’adoption des arrangements politiques et institutionnels pragmatiques en vue d’améliorer la qualité de l’administration publique.

En s’inspirant des expériences d’autres pays, la Centrafricaine pourrait lancer des réformes institutionnelles nécessaires à  la croissance et à  la création d’emplois dans les domaines de l’agriculture, du bois et des services dans le but de briser le cycle des conflits et de l’instabilité, ont fait remarquer des observateurs locaux.

Les premiers cahiers économiques du pays ont concerné le climat sécuritaire encore tendu, la possibilité d’atteindre le niveau du PIB par tête d’avant la crise, la détérioration du solde extérieur et du solde budgétaire, ainsi que l’impact de la sécurité sur les réformes.

Pour répondre aux problèmes identifiés, le gouvernement est appelé à  adopter des mesures stimulant les exportations minières industrielles, à  délivrer de nouvelles licences forestières, à  susciter l’augmentation des exportations, à  mettre en œuvre des réformes visant l’amélioration de la productivité des services et enfin à  encourager l’investissement public dans l’éducation pour augmenter le nombre des travailleurs qualifiés.

Les prochains numéros des cahiers économiques de la Centrafrique seront préparés avant les prochaines réunions de la Banque mondiale d’avril 2019. A cette occasion, ils présenteront l’évolution du contexte macroéconomique du pays.

D’après les experts, ceci a pour objet de contribuer à  un débat éclairé sur les options dont dispose le pays afin d’améliorer la gestion macroéconomique, en attendant le double objectif : celui d’éliminer l’extrême pauvreté d’une part et de promouvoir la prospérité dans le contexte d’un Etat fragile d’autre part.

Source : abangui.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here