Présidentielle 2018 à Madagascar : l’autre charge d’Andry Rajoelina contre le pouvoir

0
24

Beaucoup d’observateurs y voient le lancement de la campagne électorale avant son début officiel. Mais n’est-il pas en perpétuelle quête d’électeurs après tout ? Andry Rajoelina, l’ancien président dit « de la transition» se farde de la lumière des projecteurs politiques au détriment du HVM du président sortant Hery Rajaonarimapianina. De ce dernier, il réclame la proclamation de la date de l’échéance présidentielle dans le sillage d’un calcul hautement politique.

« Pendant la saison sèche» ou autrement dit avant que la Grande-Île, souvent confrontée aux inondations, ne reçoive les premières pluies. Pour l’heure, même si des analystes tablent sur une présidentielle en octobre, c’est la seule indication de date que l’on détient sur l’organisation du scrutin pour choisir le futur président de Madagascar.

Rajoelina, le maître des horloges

Dans une décision visant à décanter la crise politique à Antananarivo, la Cour constitutionnelle avait enjoint le président Rajaonari de former un gouvernement d’union nationale avec un nouveau Premier ministre qui tiendra les rênes du pays jusqu’à l’organisation d’une présidentielle qui doit être anticipée. Si la première exigence a été satisfaite, le flou persiste sur la seconde. Et profite aux autres prétendants au fauteuil du Palais d’Iavoloha.

Avec cette petite latence dans la fixation de la date du scrutin, Andry Rajoelina, l’ancien président de la transition (2009-2014), occupe désormais le champ politique qu’il laboure à sa guise. A 44 ans, l’ancien disc-jockey, devenu CEO d’un groupe médiatique, en profite pour décocher quelques flèches en direction de l’actuel président.

Via une chaine Youtube #Fotoambita (le Rendez-vous du président) ou encore sur sa chaine de télévision privée Viva TV, Andry Rajoelina presse le gouvernement de trouver une date pour les élections. Après le bras de fer autour de la formation de l’équipe transitionnelle, celui qui se veut « maître des horloges », indique dans une émission sur sa chaine privée que « la formation du gouvernement est une étape, non un but ». Précision, une étape vers le vote.

« C’est ce que la population attend actuellement. Il est ainsi primordial de prendre date pour que la population puisse savoir qui sera candidat, quels seront leurs programmes, c’est la priorité», indique le prédécesseur de l’actuel président, qui pousse vers une présidentielle le 29 octobre pendant laquelle il espère saisir sa chance de se faire élire. Par les urnes cette fois-ci et non comme un coup d’Etat que l’on a présenté comme une transition.

Le calendrier qui cache les ambitions de Rajaonarimapianina

Exit donc les déclarations sur le lifting du gouvernement au sein duquel son parti, le Mapar, pourtant majoritaire aux législatives de 2013, a obtenu moins d’une demi-douzaine de maroquins. Aux oubliettes, cette alliance (ou entente) secrète que l’on éventait entre le Mapar de Rajoelina et le HVM au pouvoir. A l’heure actuelle, Andry Rajoelina a lancé la campagne électorale avant son début officiel. Un costume qu’il n’avait pas enlevé depuis le début des marches sur la Place du 13 mai.

Pour autant, Andry Rajoelina a-t-il mis la charrue avant les bœufs? Ce samedi en tout cas, Christian Ntsay, le Premier ministre a reçu le ministre de l’Intérieur et la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Le lendemain, les membres de la Ceni se réunissaient pour établir un calendrier électoral. Celui-ci devra ensuite être retransmis au gouvernement.

Cette navette de la patate chaude profite à Hery Rajaonarimapianina qui n’a toujours pas annoncé son intention de rempiler à la tête du pays. Si ce projet trotte dans sa tête, il devrait démissionner soixante jours avant les élections pour se porter candidat donc au plus tard le 29 juillet. Il n’est pas exclu que les multiples sorties de Rajoelina soient des pressions à lever le voile sur ses ambitions. Il pourrait alors s’aménager un boulevard vers le Palais qu’il a quitté quatre ans plus tôt.

 

Source : La Tribune Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here