Khartoum et Juba annoncent une force conjointe pour protéger les champs pétroliers

0
31

Les autorités du Soudan et du Soudan du sud ont annoncé cette semaine la mise sur pied d’une force conjointe qui sera en charge de la protection des champs de pétrole dans l’Etat d’Unité. Ceux-ci sont confrontés à la situation d’insécurité dans l’Etat, laquelle empêche la production normale de pétrole avec des conséquences économiques pour les deux pays.

Alors que le pétrole se trouve être leur principale source de revenu, le Soudan et le Soudan du sud n’ont pas cessé de travailler sur les moyens à mettre en œuvre afin d’accroître leur production en toute quiétude. Cette semaine, intervenant au micro de l’agence chinoise Xinhua, le ministre sud-soudanais du pétrole, Elizekel Lol Gatkuoth a indiqué que les deux pays ont accepté de coopérer sur le plan sécuritaire, ceci, afin de faciliter la production ininterrompue de pétrole dans l’Etat d’Unité. Cette coopération commence avec l’établissement d’une force conjointe pour accroître la protection des champs de pétrole dans l’Etat d’Unité qui était auparavant placé sous la juridiction de Juba, a lancé le ministre.

«Nous avons décidé de former une Force conjointe de protection du pétrole qui protégera les champs de pétrole de l’invasion des rebelles et augmentera la production de pétrole afin d’améliorer les économies des deux pays», Elizekel Lol Gatkuoth.

Le ministre sud-soudanais du pétrole a expliqué que le gouvernement transitionnel d’unité nationale prendra ses dispositions pour la reprise de la production de pétrole dans l’Etat d’Unité afin de contribuer au renforcement des économies des deux pays voisins.

Relance de la production

Toujours à en croire le ministre sud-soudanais du pétrole, les deux parties se réuniront à la fin du mois de Ramadan dans la capitale soudanaise, Khartoum, afin de discuter des modalités du travail conjoint pour la réparation des oléoducs endommagés et fermés à Hegleg. Il s’agira d’une étape décisive pour la relance efficace de la production du pétrole, a précisé Gatkuoth.

Notons que suite à l’indépendance du Soudan du sud en 2011, le Soudan a perdu trois quarts de ses champs de pétrole. Il a toutefois gardé son droit de propriété sur les pipelines, raffineries et ports d’exportation du pétrole.

 

Source : La Tribune Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here