Le Canada s’intéresse aux « biens mal acquis » des dirigeants africains sur son sol

0
25

Après la France, l’affaire dite des «biens mal acquis» va aussi connaître un volet judiciaire au Canada. La police royale canadienne se penche sur des accusation de détournement et blanchiment de fonds publics par des membres hauts placés d’une demi-douzaine de pays dont la République du Congo, l’Algérie, le Burkina Faso, le Gabon, le Tchad, le Sénégal et le Burkina-Faso. A l’initiative de Sherpa et d’une Coalition «Bien mal acquis Canada», le volet canadien vise un patrimoine frauduleux supposé, bâti dans l’immobilier.

Un rappel aux puissants membres du G7 qui se réunissent depuis ce jeudi 7 juin 2018 pour une réunion de deux jours sur les hauteurs du Manoir Richelieu, au Québec. Et à leurs hôtes africains comme Uhuru Kenyatta du Kenya, Paul Kagame du Rwanda, Macky Sall du Sénégal, Danny Faure des Seychelles et Cyril Ramaphosa d’Afrique du Sud. Les yeux rivés sur le Fleuve Laurent, cette brochette de personnalités discutent les enjeux du monde. Mais vont-ils intégrer dans les discussions la délicate question des «biens mal acquis» qui s’est invitée en marge de cette rencontre au sommet ?

30 millions de dollars en immobilier

La Gendarmerie royale du Canada a décidé d’ouvrir une enquête sur les acquisitions immobilières de plusieurs dignitaires africains ou de leurs proches ou prête-noms. Sans laisser aucun répit après avoir conduit l’ouverture d’enquêtes en France, L’ONG Sherpa et la «Coalition Biens mal acquis Canada» se sont engouffrées dans la brèche en ajoutant une plainte supplémentaire dans la traque des biens mal acquis.

L’enquête de nos confrères du Journal de Montréal est passée par là. Par le titre de «filière africaine», nos confrères désignent cette inclinaison de «politiciens, des hauts gradés et des hommes d’affaires issus des régimes les plus corrompus d’Afrique francophone [qui] investissent depuis des années dans l’immobilier québécois, presque toujours sans prendre d’hypothèque ni éveiller les soupçons».

Le journal révèle après un an d’enquête des «dizaines de propriétés entre les mains de ministres, d’ex-ministres et autres personnalités proches de dictateurs et de dirigeants corrompus d’Afrique» pour un montant estimé à 30 millions de dollars.

Un glissement géographique des biens mal acquis

Ainsi des membres des régimes en République du Congo, en Algérie, au Burkina Faso, au Gabon, au Tchad, au Sénégal et au Burkina-Faso se sont offerts des appartements dans des immeubles en propriété et des pied-à-terre, destinés à être exploités pour la location ou le logement de leurs proches dans les quartiers les plus huppés de Montréal ou d’Ottawa.

Les deux ONG initiatrices de la procédure incitent les autorités à se servir d’une nouvelle loi sanction contre les personnes reconnues «coupables de corruption et de violations graves des droits de l’Homme». «Le Canada, pays hôte du sommet du G7 2018 et participant à la convention des Nations unies contre la corruption, se doit de lutter contre ces infractions graves et envisager la restitution (des biens) au profit des populations qui auraient été gravement spoliées», écrivent-ils dans un communiqué.

Pour l’heure, la police fédérale se refuse à tout commentaire en attendant que des accusations criminelles formelles soient retenues contre les personnes visées. Néanmoins, l’affaire des «biens mal acquis» vient d’opérer un glissement géographique pour jeter une lumière crue sur l’acquisition de biens immobiliers dans les pays occidentaux par des membres de régimes africains. La détermination des conditions de leur acquisition permettra sans doute de faire un pas dans la transparence de la vie publique.

 

Source : La Tribune Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here