jeudi, décembre 13, 2018
Accueil Actualités Centrafrique : Touadera souhaite que la RCA soit un pays-pilote de la...

Centrafrique : Touadera souhaite que la RCA soit un pays-pilote de la Recommandation 205 à la CIT

0
57

BANGUI, 08 Juin 2018 (RJDH) — Présent à la 107e Conférence Internationale du Travail à Genève le 07 Juin, le Chef d’Etat Centrafricain a encouragé l’Organisation internationale du Travail (OIT) de faire de la République Centrafricaine un pays-pilote de la Recommandation 205.

Invité à cette conférence, dont le thème est « l’emploi et le travail décent au service de la paix et de la résilience » qui sied bien avec le contexte centrafricain, le Président F.A Touadera a rappelé le 7 juin à l’auditoire l’impact du conflit sur l’emploi et le chômage des jeunes. Il a profité de l’occasion pour inviter l’Organisation internationale du Travail (OIT) à s’investir dans son pays afin de bénéficier des avantages qu’offre la Recommandation 205.  « Je saisis cette opportunité pour lancer un Appel à l’Organisation Internationale du Travail pour qu’elle appuie de manière particulière la RCA pour en faire un pays-pilote dans la mise en œuvre de la Recommandation 205 pour la promotion de l’emploi et du travail décent au service de la paix et de la résilience ».

Car pour lui et de nombreux observateurs, cette Recommandation est un outil qui permettra le relèvement de la RCA. « A l’analyse de ladite recommandation, l’on se rend compte qu’elle constitue un instrument idoine pour la RCA dont les travailleurs et demandeurs d’emploi ainsi que tous les employeurs, dans tous les secteurs de l’économie ont été touchés par le long conflit qui a désarticulé les structures de création de richesses de mon pays », a indiqué Touadera.

Dans son intervention, Touadera a évoqué les conséquences dramatiques du conflit sur l’emploi et le chômage puis leur incidence sur l’économie centrafricaine. « Cette crise a ébranlé la capacité de l’État à répondre aux besoins urgents de la population. Actuellement, 582,377 Centrafricains étaient inscrits à l’étranger auprès du HCR et 687,398 étaient des déplacés internes. Environ 5% seulement des fonctionnaires sont restés à leurs postes en dehors de Bangui pendant la crise ». Dans ce tableau sombre, les jeunes sans formation et emploi sont un vivier d’enrôlement des mouvements armés qui sévissent et brisent la cohésion sociale. « Nous voulons transformer cette force sollicitée pour détruire en un précieux capital de reconstruction nationale », a-t-il promis. Car, « pour la RCA, la bataille pour la promotion de l’emploi et du travail décent au service de la paix et de la résilience constitue un défi quotidien », a-t-il mentionné.

En réponse au plaidoyer du Président centrafricain, le Directeur général de l’OIT, Guy Ryder lui a rappelé son rôle qui d’améliorer la condition sociale de son peuple par la création d’emplois. « Reconnaissant le lien entre le travail et la paix, votre grande priorité est d’apporter des réponses à la demande de votre population pour des emplois lui permettant d’acquérir un niveau de vie décent », a déclaré le Directeur général de l’OIT.

Qu’est ce que la recommandation 205 ?

La Recommandation N° 205 sur l’emploi et le travail décent au service de la paix et de la résilience a été adoptée par la Conférence Internationale du Travail en juin 2017. C’est est un instrument opportun, pertinent et à jour qui guide les représentants des gouvernements et des organisations d’employeurs et de travailleurs dans la gestion des problèmes du monde du travail en situations de crise. Elle remplace la Recommandation N° 71 sur l’emploi (transition de la guerre à la paix).

Dans sa stratégie, elle propose aux membres d’adopter « une approche par étapes multidimensionnelle, consistant à mettre en œuvre des stratégies cohérentes et globales pour promouvoir la paix, prévenir les crises, permettre le redressement et renforcer la résilience ».

Pour permettre le redressement et renforcer la résilience, la Recommandation N°205 propose une stratégie globale et durable de l’emploi visant à promouvoir le plein emploi, productif et librement choisi, et le travail décent pour les femmes et les hommes.

Il invite les pays d’accorder une attention particulière aux refugiés et personnes déplacées de « prendre des mesures, conformément à la législation nationale et au droit international applicable ».

En Centrafrique, 80% des demandeurs d’emplois ont moins de 35 ans et le secteur informel représente plus des ¾ de l’activité économique. Le Président irlandais, D. Higgins, et le Premier Ministre irakien, Haidar Al-Abadi ont aussi participé à cette Conférence.

Source : rjdh.org

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here