Guinée-Bissau : l’UE sollicitée pour financer les législatives du 18 novembre

0
14

L’Etat bissau-guinéen veut pouvoir compter sur l’appui financier de l’Union européenne pour l’organisation des élections législatives du 18 novembre prochain. D’après une annonce officielle de son bureau de presse, le premier ministre bissau-guinéen, Aristides Gomes, est actuellement à Bruxelles pour s’assurer de ce soutien de l’instance européenne.

En Guinée-Bissau, les élections législatives, une des recommandations pour la résolution de la crise que traverse le pays, sont prévues pour le 18 novembre prochain. Il s’agit d’un important rendez-vous qui nécessitera 7,5 millions d’euros soit environ 4,938 milliards de francs CFA. Beaucoup de moyens financiers dont le pays d’Afrique occidentale ne dispose pas.

Pour y remédier, le premier ministre Aristides Gomes s’est envolé de Bissau (capitale bissau-guinéenne) ce mardi 05 juin 2018 pour Bruxelles. D’après son bureau de presse qui a apporté l’information, en Europe, le chef du gouvernement bissau-guinéen va demander à l’Union européenne son soutien financier pour l’organisation des élections législatives. Accompagné du ministre bissau-guinéen des affaires étrangères, de la coopération internationale et des communautés, João Ribeiro Butiam Có, ce nouveau voyage du premier ministre intervient quelques jours après son retour d’une tournée dans la sous-région ouest-africaine.

Soutien financier de la CEDEAO

En effet, précise le bureau de presse, Aristides Gomes a sillonné la semaine dernière pas moins de six pays d’Afrique d’occidentale pour s’assurer également du soutien financier de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) pour l’organisation des élections législatives. «Les chefs d’Etats de la sous-région ont donné des garanties pour financer la tenue des élections à la date fixée par le Président de la République», a déclaré le premier ministre bissau-guinéen lui-même au retour de sa tournée.

Notons que pour ces échéances électorales, le gouvernement n’a pu débloquer que près de 13% des fonds nécessaires pour financer intégralement les élections législatives, soit 1 million d’euros (environ 658,433 millions de francs CFA). Il attend la partie restante de ses partenaires.

 

Source : La Tribune Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here