Justice, Ramadan et inondations s’offrent la presse centrafricaine

0
45


Les titres de journaux centrafricains parvenus, mardi à  APA à  Bangui, évoquent majoritairement l’attaque « terroriste » de l’église de Fatima, les débats sur la paix pendant ce mois de Ramadan et la suite des inondations causées par la pluie diluvienne en fin de week-end.

Le RJDH titre « Nimery Matar Force poursuivi pour dix chefs d’accusation dont le terrorisme ». Selon cet organe de presse, le chef d’autodéfense de Km5, Nimery Matar Force, est déjà  dans le collimateur de la justice centrafricaine. Celle-ci le poursuit pour différents chefs d’inculpation, dont le terrorisme, l’outrage au chef de l’Etat et l’incendie de boutiques et de maisons, souligne RJDH.

Cette volonté est clairement affichée dimanche dans un communiqué par le procureur général près la cour d’appel de Bangui, le magistrat Didier Eric Tambo, note le même journal.

Pour sa part, l’Ecureuil met dans sa Une : « Attaque terroriste de l’église de Fatima : Nimery alias force, Christophe Raineteau et Bernard Cousin poursuivis par la cour d’appel de Bangui ». Entrant en fond dans le communiqué du procureur, ces confrères mentionnent que le magistrat a relevé dans sa note que Nimery était en intelligence avec des mercenaires étrangers, plus particulièrement français, à  savoir Christophe Renaito, alias Alpha et Bernard Cousin ainsi que des personnalités nationales et étrangères.

Pour l’Hirondelle, un autre quotidien de Bangui, « le parquet de Bangui émet un mandat d’arrêt international contre deux sujets français et chef milicien du Km5 ».

Adrénaline Info s’est plutôt mis dans l’interrogation pour se demander si la justice centrafricaine compte vraiment pour que Christophe Raineteau, Bernard Cousin et Nimery Djamous répondent des accusations qui pèsent sur eux devant la CPS ?

Comme voulant répondre à  cette formulation, Centrafric Matin note que le lancement du mandat d’arrêt contre alias Force et ses complices vient en réponse à  plusieurs organisations de la société civile et politique qui ont exigé du gouvernement : l’ouverture d’une information judiciaire sur les crimes commis à  partir de l’attaque de Fatima.

Tout autre sujet, le Ramadan. Le journal L’Aigle note que « des jeunes se réunissent autour du thème de la paix à  l’occasion de la rupture du jeà»ne de ramadan. » En effet, une rencontre amicale entre jeunes, musulmans venus du Km5 et non chrétiens d’autres quartiers, a été organisée ce 2 juin au complexe scolaire Galaxie, à  Bangui, pour rompre le jeà»ne de la journée, rapporte l’Aigle, précisant que les messages de paix et de vivre ensemble étaient au cœur de la réunion.

Sur le même thème, le quotidien Le pays a ajouté que le président du Conseil National de la Jeune de Centrafrique, Francis Mongombé, a lancé pendant cette rencontre un message aux jeunes leaders en ces termes : « Aujourd’hui, il n’y a pas de chrétiens ni de musulmans mais des jeunes centrafricains pleinement conscients des défis pour la paix, la sécurité et l’éducation ».

Enfin sur le registre des inondations survenues à  Bangui, dans la nuit de dimanche à  lundi, le quotidien Le Langage rapporte que des barricades ont été érigées dans les quartiers sud de la capitale par des jeunes. Ces derniers ont pris d’assaut, en effet, différents artères pour protester contre ce sinistre causé par la pluie diluvienne et qui a fait écrouler plusieurs maisons dans leurs localités.

Sur ce point, le Potentiel Centrafricain a annoncé qu’une réunion de crise s’est tenue entre les autorités pour voir les mesures à  prendre en rapport à  cette situation qui a causé des dégâts matériels aux populations du 6ème arrondissement de Bangui.

BB/te/APA

Source : abangui.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here