RD Congo : le port sec de Kasumbalesa coûtera 300 millions de dollars

0
37

Les travaux de construction du port sec de Kasumbalesa en République Démocratique du Congo nécessiteront un investissement de 300 millions de dollars. Les travaux lancés ce vendredi par le président Kabila, devraient durer 36 mois.

Le port sec de Kasumbalesa en République Démocratique du Congo (RDC) à 70 kilomètres de Lubumbashi (sud-est), nécessitera un investissement de 300 millions de dollars soit environ 170,5 milliards de francs CFA. C’est ce qu’a indiqué ce vendredi le directeur général de l’Office de gestion du fret multimodal (OGEFREM), Patient Sayiba Tambwe. S’exprimant à l’occasion du lancement des travaux de l’infrastructure par le chef de l’Etat congolais, Joseph Kabila, il a ajouté que pour boucler ce financement, son entité et la firme sud-africaine Rail and Road Africa (RRA) ont signé le 11 mai dernier à Lubumbashi un contrat de partenariat portant sur le financement, la construction, le développement, l’exploitation et la maintenance du port sec en question.

Ainsi, conformément aux clauses du contrat signé entre les deux parties, l’OGEFREM mobilisera 49 % du financement nécessaire pour la construction du port sec de Kasumbalesa, soit 147 millions de dollars (environ 83,5 milliards de francs CFA) alors que le Sud-africain RRA financera les 51 % restants, soit 153 millions de dollars (environ 87 milliards de francs CFA). Patient Sayiba Tambwe a ajouté que les travaux de construction dureront 36 mois et le projet aura beaucoup de retombées positives dont près de 5.000 emplois directs et indirects.

Une infrastructure stratégique

Le port sec de Kasumbalesa est très stratégique pour la RDC et pour les pays voisins. D’après des sources de l’OGEFREM, il s’agit d’un port qui sera connecté à au moins sept ports maritimes internationaux des pays de l’Afrique australe. Il facilitera les activités commerciales pour les organisations régionales dont la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) et le Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA). Le port contribuera ainsi à renforcer l’intégration dans la région de l’Afrique australe et orientale.

 

Source : La Tribune Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here