Centrafrique : L’expert international Juan Branco exclu de la CPS et déclaré persona non grata à  Bangui

0
93


Bangui – L’expert international, l’Avocat français Juan Branco a été exclu de la Cour Pénale Spéciale et déclaré persona non grata à  Bangui par la Minusca, qui l’a recruté.

Depuis trois jours, marianne.net a dénoncé dans sa publication la rupture du contrat et de l’expulsion par la mission onusienne en Centrafrique de l’Avocat français, Juan Branco. L’Avocat très médiatique a été recruté par l’ONU au compte de la Cour Pénale Spéciale afin «d’établir une stratégie de poursuites, mais aussi un document public et un plan d’enquête visant à  faire poursuivre et condamner les individus responsables de violations des droits de l’Homme, du droit international humanitaire et du droit international pénal, violations commises sur le sol centrafricain ».

Selon le journaliste Marc Endeweld qui a mené l’investigation, l’Avocat français Juan Branco, spécialisé en droit international a été recruté par l’ONU pour réaliser une mission d’expertise en Centrafrique au compte de la Cour Pénale Spéciale sur les exactions commises dans le pays. Mais après «une semaine de présence, la mission de l’ONU, a mis fin à  son contrat de travail et lui a demandé de quitter le territoire », a rapporté le journaliste qui a ajouté qu’ «ils lui auraient par ailleurs notifié oralement que s’il persistait à  rester en Centrafrique, sa sécurité ne serait plus assurée ».

D’après marianne.net, ce sont les tweets de Juan Branco qui incriminent la Minusca d’avoir commis «des massacres » qui lui ont valu la rupture de son contrat.

Il a rappelé que le 25 mai dans ses commentaires sur une publication du journal Le Monde sur les Casques Bleus onusiens en Centrafrique, Juan Branco affirme que le 10 avril dernier, ceux-ci «massacraient plus de 30 civils et en blessaient 100 autres sans aucune justification ». L’Avocat poursuit son accusation en ces termes: «Faute de travail journalistique sérieux, un crime devient ‘’incident’, et les civils massacrés, des cadavres à  piétiner». Puis, « ces corps de civils brisés par l’impunité et par la propagande dont [le journaliste]se fait le relais furent le surlendemain déposés dans des linceuls blancs aux pieds des casques bleus qui les avaient tués, par des milliers de manifestants réclamant dignité… ».

Sur cette résiliation de contrat, le porte-parole de la Minusca, Vladimir Monteiro a confirmé à  notre confrère de Radio France Internationale (RFI) que ce sont les tweets de l’Avocat qui sont la cause de sa révocation et son manque de devoir de réserve :«les tweets qu’il a publiés et qui concernaient sa mission étaient de nature à  mettre en danger sa sécurité, celle de l’équipe et des consultants de la Cour Pénale Spéciale et de la mission. C’est pour cette raison que nous avons pris cette décision. Ce sont des activités par ailleurs incompatibles avec l’obligation de réserve qui s’impose aux personnes en relations contractuelles avec les Nations unies ».

Mais l’homme ne veut pas reculer et insiste que justice soit faite. Tenace, marianne.net a rapporté que «le Défenseur des droits de l’institution internationale » a été saisi par Me Juan Branco. «L’ambassade de France en Centrafrique a décidé ce mardi matin de demander officiellement des explications à  New-York sur l’interruption de son contrat », a indiqué le site du quotidien.

Avocat, Juan Branco a aussi réclamé l’indépendance de la Cour Pénale Spéciale. «Il est essentiel que cette mission de consultance soit arrêtée, c’est-à -dire que le Procureur spécial reprenne la main sur sa stratégie d’enquête, que ce ne soit pas des personnes dépendantes de la Minusca qui l’élaborent. Car si un doute était permis avant cette affaire, il est aujourd’hui évident qu’il lui sera impossible dans ces conditions d’élaborer une stratégie objective et impartiale et que sa situation et la perception de son action à  partir de là  sera nécessairement atteinte », a-t-il fait remarquer à  RFI.

Qui est Juan Branco :

Ancien Conseiller au Cabinet de Laurent Fabius au Quai d’Orsay, Juan Branco, français d’origine espagnole par sa mère et d’un père portugais «producteur avec près de 300 films est une des personnalités internationales les plus connues dans la sphère du cinéma d’auteur. Conseiller d’Aurélie Filippetti en 2012 et aussi du procureur général de la Cour Pénale Internationale (CPI), il a publié L’Ordre et le Monde : critique de la Cour pénale internationale.

Aujourd’hui âgé de 28 ans, l’ex-enseignant de la célèbre université de Yale aux Etats-Unis d’Amérique est «chargé de la défense de Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks », indique marianne.net.

Détenteur de plusieurs Masters et défenseur des libertés sur Internet et d’une thèse sur l’organisation internationale, on se demande ce que nous réserve le feuilleton Juan Branco vs ONU ?

Source : abangui.com

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here