fbpx
Accueil Société Centrafrique : Les étudiants en droit présentent un sketch d’un procès fictif...

Centrafrique : Les étudiants en droit présentent un sketch d’un procès fictif devant la CPI

0
92

BANGUI, 30 Mai 2018 (RJDH) – Le bureau de la Cour Pénale Internationale (CPI)-RCA en partenariat avec l’Université de Bangui a présenté un procès fictif devant la CPI, ce mercredi 30 mai à l’Hémicycle de la CEMAC. Le but de cette activité est de mettre un accent particulier sur l’impunité en traduisant les présumés auteurs de violence devant les instances judiciaires.

En prélude au 20ème anniversaire du Statut de Rome qui sera célébré le 17 juillet de chaque année, le bureau de la CPI-RCA en partenariat avec le département des Droits de l’Université de Bangui a organisé ce 30 Mai un procès fictif dont l’objectif est de promouvoir cette juridiction internationale qui lutte contre l’impunité.

Cela fera bientôt 20 ans que le Traité de Rome mis en place par 160 États lors de la Conférence de Rome, le 17 juillet 1998, est connu sous le nom de «Statut de Rome». En prélude à cette date commémorative, le bureau de la CPI-RCA a organisé en collaboration avec l’Université de Bangui un jeu de rôles d’un procès fictif présentant virtuellement un éventuel procès dans les jours à venir. Les acteurs de cette mise en scène sont des étudiants de la Faculté des sciences juridiques.

L’objectif de cette activité est de prouver au public le rôle que joue la Cour Pénale Internationale CPI dans la lutte contre l’impunité, «cette mise en scène est le reflet de ce qui se passe à la CPI. Nous voulons informer la population de la ville de Bangui que la Centrafrique fait partie des pays qui ont ratifié le Statut de Rome en 2001. C’est également pour briser le silence des victimes sur les violences qui se manifestent dans leur esprit », a relevé Gervais Bodagay, du bureau de la communication de la CPI-RCA, avant de dire que tous les auteurs et coauteurs des violations des droits humanitaires, des crimes de guerre, seront jugés.

Pour Philomène Samafou, présidente  de la CPI du role play parle du procès fictif, «cet exercice de role play nous  apporte un plus pour le début de notre carrière. Nous avons compris qu’il faut juger les auteurs de crimes, après un débat juridique», a indiqué la présidente.

Le Statut de Rome portant création de la CPI a été signé par la Côte d’Ivoire le 30 novembre 1998. La République Centrafricaine a accepté d’être membre de ce Statut en 2001.

Source : rjdh.org

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here