Rencontre à  Lomé sur les réformes institutionnelles de la CEDEAO pour une meilleure gouvernance

0
36


Lomé – D’ici 2020, la « CEDEAO des Etats » deviendra la « CEDEAO des peuples ». En tout cas c’est l’objectif que se sont fixés les chefs d’Etat des 15 pays membres de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest.

Mais avant d’atteindre cet objectif, des réformes institutionnelles s’avèrent indispensables pour améliorer la qualité de la gouvernance au sein de l’institution sous régionale.

Pour cette raison, Lomé, la capitale togolaise accueille depuis ce lundi 28 mai une rencontre dont l’objectif est de passer à  la validation de nouvelles structures de management de toutes les institutions de la CEDEAO. Pendant trois jours donc, les participants vont examiner, analyser et approuver les réformes relatives aux différentes institutions de l’organisation communautaire.

Le diplomate togolais Kadangha Bariki Limbiyè a précisé l’objectif de la réforme. « Elle permettra de renforcer les capacités de la CEDEAO ainsi que sa performance dans la gouvernance économique, politique et sécuritaire de notre région ». Il a en outre appelé ses collègues participants à  avoir à  l’esprit lors des échanges et discussions l’avenir de la région ouest africaine, le bonheur des peuples ouest-africains et le développement endogène et durable de la Région.

La vice-présidente de la Commission de la CEDEAO, Finda Koroma a de son côté rappelé aux représentants des pays membres à  cette rencontre la finalité des réformes qui seront adoptées à  Lomé. Il s’agit a-t-elle indiqué « d’inscrire la CEDEAO dans une nouvelle dynamique d’efficacité et de pragmatique de façon qu’elle répond aux exigences des règles modernes de gouvernance qui exigent à  la fois rationalité et rigueur ».

Elle a notamment ajouté que pour ce faire, il serait nécessaire de parachever la restructuration de la commission et des autres institutions de la CEDEAO de manière à  améliorer leur efficience opérationnelle en vue d’économiser les ressources pour les consacrer aux projets et programmes au bénéfice des peuples de la région. « Ces réformes une fois adoptées marqueront un tournant décisif dans la vie de la CEDEAO mais la commission reste le garant de son exécution », a-t-elle conclue.

Rappelons que la CEDEAO a été officiellement créée le 28 mai 1975 à  Lagos au Nigéria à  l’initiative des anciens présidents du Togo (Gnassingbé Eyadéma) et du Nigéria (Yacoubou Gowon). Son objectif principal est de favoriser l’intégration économique en promouvant la constitution d’un marché inter-régional. Face à  la montée des conflits régionaux, elle s’est dotée en avril 1990 d’une force d’interposition, l’ECOMOG. Celle-ci est intervenue pour rétablir la paix au Liberia, puis en Guinée-Bissau et en Sierra Leone. L’organisation est présidée à  ce jour par le président togolais, Faure Gnassingbé.

Source : abangui.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here