Plus d’une centaine de migrants s’échappent d’un camp tenu par des trafiquants en Libye

0
12

Les migrants originaires d’Erythrée, Ethiopie et Somalie ont fui le camp mercredi soir pour se réfugier dans une mosquée de la ville où ils ont été pris en charge par la population et une association locales.

Une vingtaine de migrants ont été hospitalisés notamment pour des blessures dues à des actes de torture, selon l’hôpital de la ville.

Se basant sur le témoignage de rescapés, l’ONG Médecins sans frontières (MSF) a fait état d’une quinzaine de migrants tués et de 25 blessés dans leur fuite.

>> Lire aussi : A Bani Walid, un des rares refuges pour des migrants en détresse en Libye

Des sources locales, ainsi que d’autres organisations humanitaires, n’ont toutefois pas été en mesure de confirmer ce bilan.

Les survivants, en majorité des adolescents, ont raconté aux équipes médicales de MSF venues à leur secours, avoir été les prisonniers de trafiquants, certains depuis plus de trois ans.

Selon MSF, sur 25 blessés admis à l’hôpital de Bani Walid, sept étaient grièvement blessés par balles, et nombre d’entre eux portaient des traces de mauvais traitements ou de blessures anciennes mal cicatrisées, a affirmé l’ONG.

La ville de Bani Walid est un lieu de transit pour les migrants clandestins en route vers les côtes, plus au nord.

Située à 170 km au sud-est de la capitale Tripoli, Bani Walid compte une vingtaine de centres illégaux de détention ou de regroupement de migrants, selon un responsable local.

Ces centres sont tenus par des milices qui enlèvent les migrants dans les villes et les torturent avant de téléphoner à leurs familles sommées de payer des rançons, selon des sources locales et des ONG.

Ce trafic est devenu un commerce lucratif pour plusieurs milices qui ont mis en place un réseau bien organisé avec des ramifications dans des pays africains pour le transfert des fonds.

>> Lire aussi : Tensions entre gardes-côtes et ONG au large de la Libye

La Libye, en proie au chaos et à l’insécurité depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, est régulièrement pointée du doigt pour l’exploitation et les mauvais traitements infligés aux migrants originaires d’Afrique subsaharienne.

Ces derniers arrivent pour la plupart en Libye pour tenter la traversée périlleuse de la Méditerranée vers l’Italie, pays de l’Union européenne le plus proche de la Libye.

Avec AFP

 

Source : VOA Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here