Coup de balai à la tête des entreprises publiques gangrenées par la « corruption » en Afrique du Sud

0
7

« Actuellement, un nombre d’entreprises publiques connaissent des problèmes financiers, opérationnels et de gouvernance », a déclaré le ministre des Entreprises publiques, Pravin Gordhan, lors d’une conférence de presse au Cap (sud-ouest).

« Cela a des retombées négatives sur l’économie », a-t-il estimé.

« Les mauvais résultats de ces sociétés sont la conséquence d’une corruption généralisée et d’une mauvaise gestion », a-t-il estimé, se disant « déterminé à inverser la situation ».

>> Lire aussi : Ramaphosa reconnaît le « manque de progrès » réalisés dans la réforme agraire en Afrique du Sud

Le gouvernement a ainsi confirmé la nomination de Phakamani Hadebe comme PDG du géant public de l’électricité Eskom, poste qu’il occupait à titre provisoire depuis quelques mois.

La compagnie nationale, au bord de la faillite, est devenue le symbole de la « capture de l’Etat » reprochée à l’ancien président Jacob Zuma, au coeur de multiples scandales de corruption.

Le gouvernement a également annoncé la nomination d’un nouveau conseil d’administration chez l’armurier public Denel, le géant des transports Transnet et la compagnie aérienne SA Express Airways.

Cette dernière a notamment conclu un contrat douteux de 5,7 millions de rands (3,9 millions d’euros) avec la société Trillian, liée à la famille Gupta, au coeur des affaires de corruption impliquant l’ancien président.

M. Zuma a été contraint de démissionner en février dernier, sous la pression de son parti, le Congrès national africain (ANC), inquiet de l’impact électoral des accusations qui le visent.

Son successeur à la tête de l’ANC et du pays, Cyril Ramaphosa, a promis de nettoyer l’Afrique du Sud de la corruption.

« Le président a souligné les mesures-clés qui doivent être prises pour résoudre les problèmes des entreprises publiques: renforcer la gouvernance, éradiquer la corruption, rétablir leur situation financière et s’assurer qu’elles remplissent leur mandat économique et de développement », a expliqué M. Gordhan jeudi.

En effectuant des changements à la direction d’entreprises publiques, le président Ramaphosa entend lancer un signal fort aux investisseurs et aux agences de notation, qui avaient dégradé l’an dernier la note de l’Afrique du Sud.

Le principal parti d’opposition, l’Alliance démocratique (DA), a salué jeudi « la rapidité » avec laquelle le ministre des Entreprises publiques était intervenu, appelant cependant à modifier « totalement la stratégie » de gestion de ces entités.

Avec AFP

 

Source : VOA Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here