fbpx
Accueil Société Centrafrique : Les Organisations des Droits de l’Homme plaident pour l’adoption du...

Centrafrique : Les Organisations des Droits de l’Homme plaident pour l’adoption du règlement de procédure et de preuves de la CPS

0
28

BANGUI, 24 Mai 2018(RJDH)—Les Organisations Centrafricaines des Droits de l’Homme, la Fédération  Internationale des ligues des Droits de l’Homme(FIDH) et Human Rights Watch ont interpellé les élus de la Nation à procéder l’adoption du règlement de procédure et de preuves de la Cour Pénale Spéciale (CPS) pour que la justice soit rendue pour les victimes. Position exprimée ce matin lors d’une conférence de presse à Bangui.

La réaction des organisations centrafricaines des droits de l’Homme, la Fédération  Internationale des ligues des Droits de l’Homme(FIDH) et Human Rights Watch intervient au moment où le gouvernement a déposé sur la table du parlement depuis le 15 Mai dernier le règlement de procédure et de preuves de la CPS pour adoption.

Le règlement de procédure et de preuves de la CPS prévoit les garanties sécuritaires du personnel judicaire, des victimes, des parents des victimes et des témoins. Il est la clé qui ouvre définitivement cette juridiction mixte.

Maitre Mathias Barthélemy Morouba, Coordonnateur de l’Observatoire Centrafricain des Droits de l’Homme voit cette loi comme la clé qui ouvre la CPS, «nous voulons informer la population centrafricaine que cette loi est déjà sur la table du parlement. Et nous voulons aussi porter à la connaissance des députés que le document qu’ils ont entre les mains est la clé pour ouvrir la porte de la CPS. Si les députés ne nous donnent pas cette clé, la CPS ne sera pas ouverte, les victimes ne passeront pas devant cette Cour car elle demeurera fermée », a-t-il plaidé.

«Même si l’insécurité persiste dans certains coins du pays, la justice servira de leçon aux autres bourreaux. Nous ne pouvons pas attendre que la paix et la sécurité soient totalement rétablies pour rendre justice aux nombreuses victimes», a averti Me Morouba.

Le président des associations des victimes de 2013 (AVED),  Hervé Lidamon, demande aux autorités de tout faire pour que la CPS soit opérationnelle dans un bref délai et exhorte les victimes à garder espoir car «la justice est la mère de la vieillesse. Beaucoup de choses sont en train d’être faites à l’exemple de cette loi qui est déposée sur la table de l’Assemblée nationale. Lorsqu’elle sera adoptée, le gouvernement aura à ce moment le pouvoir de juger les présumés auteurs des crimes », a- -t-il-rassuré

La Cour Pénale Spéciale a été mise en place en 2015 avec la nomination du Procureur de la CPS en 2017. Plusieurs avancées ont été constatées à l’exemple de la mobilisation des fonds, la prestation de serment des magistrats et Officiers de Polices Judiciaires.

Source : rjdh.org

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here