La malnutrition dans la région de Kankan en Guinée

0
15

La région de Kankan dans l’est du pays présente le plus grand nombre d’enfants malnutris aigüs avec complications.

Cette situation est l’une des conséquences de l’augmentation de parents qui pratiquent des activités d’orpaillage, laissant leurs enfants derrière eux pour travailler.

En Guinée, la malnutrition touche principalement les enfants de moins de deux ans. Le milieu rural présente le plus grand nombre d’enfants sévèrement malnutris.

A Sountoudiana, dans Mandiana, l’une des cinq localités touchées, les agents communautaires construisent des dispositifs de lavage des mains.

Ibrahima Sangaré a constaté les symptômes avec « des diarrhées », et à commencer à se soucier « du manque d’hygiène ».

>> Lire aussi : Ruée vers l’or dans une localité dans le centre du Cameroun

Un enfant sur trois présente un retard de croissance dans cette région, mais le taux le plus élevé se trouve à Siguiri avec 14 % de malnutritions aigüe.

Un chiffre qui avoisine le seuil d’urgence humanitaire. Le docteur Bakary Sylla, chef du centre de réhabilitation et d’éducation nutritionnelle en interne, parle pourtant d’une amélioration de la situation avec « une prise en charge intégrale ».

Le centre de réhabilitation et d’éducation nutritionnelle en interne est équipé par Helen Keller International. L’ONG débourse plus de 60 dollars pour la prise en charge de chaque enfant atteint de malnutrition aigüe avec complication.

>> Lire aussi : Au Burkina Faso, l’orpaillage s’est installé dans la région de Gaoua

Mais c’est dans les mines artisanales qu’on peut avoir l’une des réponses à la malnutrition dans cette localité. La plupart des orpailleuses passent toute la journée à la recherche d’or, loin de leurs bébés.

« Le matin, avant de venir, je prépare de la bouillie, et laisse mon enfant avec sa soeur », a raconté Saran Camara au micro de VOA Afrique.

Dans les villages de la région de Kankan, la malnutrition touche aussi les mamans. Chez les enfants, elle a beaucoup reculé, elle passe de 9 % à 0,3 % en deux ans.

Un résultat obtenu grâce à de nouvelles habitudes. Les enfants se lavent les mains au quotidien au savon et les mamans savent maintenant comment alimenter les bébés.

 

Source : VOA Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here