Le Sommet du Commonwealth contre la corruption à Abuja et le casse-tête du recouvrement des avoirs volés

0
8

A Abuja, cette semaine, un sommet du Commonwealth sur le thème de la lutte anticorruption s’est penché sur la possibilité de restituer cet argent au Nigeria et aux pays africains de l’organisation de la couronne britannique.

La secrétaire générale du Commonwealth, Patricia Scotland, estime que le continent africain perd quelque 148 milliards de dollars à cause de la corruption chaque année. Un « tsunami », selon elle.

« Nous savons tous que (…) l’argent siphonné par des pratiques de corruption monstrueuses représente celui que nous n’avons pas pour offrir à nos peuples espoir et aspiration », a-t-elle déclaré au premier jour du sommet.

Le Nigeria, première puissance pétrolière du continent, est placé au 148ème rang des pays les plus corrompus au monde (sur 180) par Transparency International. La corruption y est un « cancer » selon son président Muhammadu Buhari.

– Biens mal acquis –

Au niveau national, l’Agence de lutte contre la corruption et les crimes financiers (EFCC) saisit régulièrement des biens soupçonnés d’avoir été mal acquis. Le directeur de l’EFCC, Ibrahim Magu, a déclaré avoir récupéré ainsi 500 milliards de nairas.

>> Lire aussi : Renvoi au 20 juin du procès pour corruption au Nigeria contre Eni et Shell

Mais les conditions controversées dans lesquelles s’opèrent ces saisies, souvent non suivies de procès, soulèvent de nombreuses critiques, notamment au sein du Parlement nigérian. M. Magu, allié du président Buhari, a donc fait des recouvrements de fonds à l’international son cheval de bataille pour redorer l’image de sa lutte anti-corruption.

La tâche est compliquée. Faute d’accords entre pays, il revient à celui où les fonds ont été supposément volés d’apporter les « preuves » de corruption au pays où ils ont été placés: un casse-tête dans des pays où le système judiciaire est souvent défaillant.

Dans un discours lu en son nom lors du sommet, le président Buhari s’est plaint des « complexités » administratives et judiciaires qui entourent le recouvrement des fonds volés.

>> Lire aussi : La justice saisit deux propriétés de l’ex-Première dame au Nigeria

« La lutte contre la corruption ne sert à rien s’il existe des paradis bancaires où les coupables peuvent déposer leur argent », a regretté le chef de l’Etat.

« Le détournement d’argent est un problème global qui nécessite une collaboration globale », a déclaré M. Buhari, qui demande à ce que les « pays africains résolvent ensemble ce problème. »

>> Lire aussi : Sécurité et économie à l’ordre du jour de la visite de Buhari aux Etats-Unis

« Si vous allez seuls face aux pays étrangers, vous aurez des problèmes », explique à l’AFP Roger Koranteng, conseiller spécial dans la lutte anti-corruption du Commonwealth. « En face, les pays sont unis et organisés entre eux », ajoute-t-il, citant l’exemple de l’Union Européenne.

Avec AFP

 

Source : VOA Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here