Le MLPC condamne fermement les violences injustifiées

0
80

Présidence

N°003_MLPC/BP/P/018

COMMUNIQUE DE PRESSE

Le Bureau Politique du Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC) constate avec consternation que des événements violents s’enchaînent à un rythme inadmissible à Bangui, avec chaque fois des morts par dizaines et d’innombrables victimes. Le dernier en date a eu pour théâtre, hier 1er Mai jour de la Fête du Travail, l’enceinte même de l’Eglise de Fatima où la Fraternité de Saint-Joseph célébrait la messe, entraînant l’assassinat de l’Abbé Albert Toungoumalé Baba, ainsi que de nombreux fidèles morts et blessés.

Le Bureau Politique du MLPC condamne avec la dernière énergie ces violences injustifiées, s’incline respectueusement devant la mémoire de tous les compatriotes qui ont perdu la vie lors de ces événements et compatit avec les nombreux blessés.

Par la même occasion, le Bureau Politique du MLPC présente ses condoléances les plus émues à Son Eminence, le Cardinal Dieudonné NZAPALAINGA et au clergé dans son ensemble, car l’Abbé Albert Toungoumalé Baba, tout comme Son Eminence le Cardinal, fut un symbole et une figure emblématique de la cohésion sociale, aux côtés de l’ Imam Kobine Layama et du Pasteur Joseph Grékoyamé.

Faut-il le rappeler, c’est en effet grâce à la mobilisation de ces bonnes volontés et celles d’autres acteurs aussi, tant nationaux qu’ internationaux, que les conditions d’un vivre-ensemble, d’une cohésion sociale et d’une paix encore très fragile ont commencé à être recréées.

Au moment où, tant au niveau de l’Union Africaine que des Nations Unies, des efforts sont entrain d’être faits pour mettre la dernière touche au Forum pour la Paix dans notre pays, le Bureau Politique du MLPC rappelle à tous leurs responsabilités et attire l’attention de chacun sur les risques d’un dérapage et de la rupture de la délicate construction de la paix en cours en République Centrafricaine.

Enfin, le Bureau Politique du MLPC engage le gouvernement et la Minusca à conjuguer leurs efforts pour arrêter ce cycle de violences urbaines dont l’objectif inavoué est de pousser les filles et les fils de ce pays à une opposition factice et fratricide. Le peuple centrafricain dans sa diversité culturelle, cultuelle et religieuse, a toujours vécu en harmonie et n’acceptera pas que son unité soit mise à mal, de même qu’il rejette vigoureusement et dans sa majorité, tout acte de nature à rappeler des souvenirs d’un passé douloureux.

Fait à Bangui, le 2 mai 2018

Martin ZIGUELE
Président

Source : abangui

abangui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here