Centrafrique : Le flux des armes en provenance de Bria menace la paix

0
308

BRIA — Plusieurs armes en provenance du Soudan sont entrées dans la ville de Bria au profit des groupes armés proche du FPRC. Information confirmée au RJDH par plusieurs sources bien informées de la localité.

Ces armes sont arrivées entre mercredi et jeudi dans la ville de Bria alors que les leaders du FPRC et de l’UPC se regroupent à Ndélé dans le Bamingui Bangoran. Ces cargaisons d’armes convoyés par véhicule sont arrivés à Bria en provenance du Soudan. Alors que les Antibalaka multiplient la fabrication des armes artisanales. Ce flux d’arme vers cette localité contrôlée par les groupes armés de Bria intervient dans un contexte où les combattants armés ont restitué une partie de leurs armes au bénéfice du processus pré DDR lancé dans la ville.

Joint par le RJDH, certains cadres du FPRC n’ont pas voulu commenter le flux des armes « nous n’avons pas de réponse à donner à votre question, nos leaders sont à Ndélé quand ils seront de retour à ce moment-là ils vous diront » a dit un élément du FPRC dans la ville de Bria.

Cette situation est une menace pour la paix dans la région selon la société civile dans la région « le calme que vous observez ici, est un calme temporel et imprévisible. Il suffit d’un rien pour que ça bascule. Nous avons enregistré des incidents qui peuvent conduire à des affrontements. Les éléments du chef Dagboucha ont perpétré des violences sur un individu et c’est comme ça que commence les violences ici. Mais Dieu merci la situation s’est stabilisée » a expliqué au RJDH un membre de la société civile sous couvert de l’anonymat.

Les affrontements armés entre les groupes actifs dans la région ont contraint plusieurs personnes à vivre sur le site des déplacés dont 44 318 sur le site de pk3 selon l’ONG Coopi et plusieurs centaines dans certains sites des déplacés de Bria.

La Haute Kotto est une zone minière et les groupes armés qui ont l’emprise sur l’exploitation de ces minent ne favorisent pas le retour de l’autorité de l’Etat malgré les sanctions du processus de Kimberley infligées aux diamants du nord-est considérés diamant du sang.

Source : abangui

abangui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here