L’ex-coordonnateur des Anti-balaka, Sébastien Wénézoui met en garde les chefs de guerre contre le franchissement de la ligne rouge

0
68

Bangui- L’ex-coordonnateur du mouvement Anti-balaka, Sébastien Wénézoui a mis en garde, lors d’une conférence de presse, mardi 17 avril 2018 à Bangui, les chefs des groupes armés contre le franchissement de la ligne rouge.

L’objet de cet échange avec les journalistes est d’éclairer l’opinion nationale et internationale sur la position des Anti-balaka face à l’agitation et aux velléités d’attaque de Noureldine Adam, Ali Darassa, Abdoulaye Hissène et leurs hommes.

Ces derniers ont pris prétexte sur l’opération de désarmement des milices d’autodéfense du Km5, dans le 3ème arrondissement de Bangui, par les Forces onusiennes pour positionner des matériels de guerre à Kaga-Bandoro vers la direction de Bangui, a indiqué l’ex- coordonnateur des Anti-balaka.

« Dans la nuit du 7 au 8 avril, poursuivi jusqu’au 10 avril 2018, une opération Conjointe de maintien de l’ordre et de la sécurité a été menée dans la zone de PK5, dans le 3ème arrondissement de Bangui ayant pour cible uniquement le désarmement et le démentiellement des bases d’un groupuscule des gens armés auto proclamant Auto défense qui rackettent les commerçants et terrorisent des paisibles population de cette partie de la zone à majorité musulmane », a rappelé M. Wénézoui.

Cette opération est menée par les forces onusiennes de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations-Unies en Centrafrique(MINUSCA) et les forces de sécurité Intérieures(FSI) sans l’implication des forces armées centrafricaines(FACA) et des Anti balaka, a-t-il affirmé, rejetant les allégations contraires relayées par les média.

« Cette attitude tend non seulement à mettre en péril les efforts de paix et de réconciliation appuyés par la communauté internationale depuis la crise de 2013 mais également à déclarer la guerre au peuple centrafricain tout entier sans distinction aucune », a-t-il déploré.

Il a appelé les chefs de groupes armés, notamment Noureldine Adam, de saisir l’opportunité offerte par la communauté internationale pour le dialogue à travers l’initiative africaine du 17 juillet 2017 pour la paix et la réconciliation dont la mise en œuvre est suffisamment avancée.

Il a également appelé le gouvernement à renforcer les liens diplomatiques avec des pays amis, à privilégier le dialogue en vue de mettre un terme à cette crise qui n’a que trop duré et d’organiser une journée de concertation afin d’y trouver une porte de sortie.
Quant aux habitants du PK5, Sébastien Wénézoui les exhorte à continuer toujours sur la voie de la cohésion sociale et à refuser d’être instrumentalisés et manipulés à des fins personnelles.

Basile Rébéné

Source : abangui

abangui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here