Centrafrique : conclave des Leaders de l’ex-coalition Séléka à Kaga-Bandoro, des objectifs seraient en discussion

0
285

En réunion restreinte à Kaga-Bandoro dans la Nana-Gribizi depuis ce matin, les chefs rebelles des différentes factions de l’ex-coalition Séléka seraient actuellement en discussion sur la conduite à tenir face aux actions des forces de l’ordre contre les autodéfenses du quartier PK5 à Bangui.

L’entrée et sortie des véhicules bloqués, les réseaux téléphoniques coupés, la ville de Kaga-Bandoro, chef-lieu de la préfecture de la Nana-Gribizi dans le centre du pays ressemble depuis lundi matin à une ville assiégée. Pour cause, selon plusieurs sources concordantes, la réunion du conseil restreint des chefs de l’ex-coalition Séléka qui se tient en ce moment dans la ville, en présence notamment du chef militaire du FRONT POPULAIRE POUR LA RENAISSANCE DE CENTRAFRIQUE (FPRC) Abdoulaye Heissein et de Mahamat Al-Khatim, le patron du MOUVEMENT PATRIOTIQUE POUR LA CENTRAFRIQUE (MPC) disparut depuis quelques jours de la circulation.

À Kaga-Bandoro, on est impressionné par le nombre important des 4×4 utilisés par ces chefs Séléka pour se rendre à cette réunion de Kaga-Bandoro.

Entre temps, on signale la dotation d’environ 14 pick-up au MPC de la part de Noureddine Adam, le chef suprême du FPRC depuis la ville de Birao. D’ailleurs, une source proche du gouvernement parle d’une cinquantaine des pick-up neufs venus du Soudan du Sud pour ce même FPRC dirigé par le fameux général Noureddine Adam.

D’autre part à Bangui, on craint le pire avec toutes ces dotations en armes et véhicules par-ci, par-là.

D’après une source sécuritaire contactée par CNC, deux objectifs seraient discutés en ce moment par les dirigeants de l’ex-Séléka. On parle soit d’une descente sur Bangui, ou d’une progression sur la ville de Sibut afin d’exiger la partition de la République centrafricaine.

En outre, le porte-parole des Touaderateurs, un mouvement du soutien au Président Touadera, vient dans un communiqué d’affirmer que l’attaque-surprise dans la nuit du 9 au 10 avril proche de la résidence du chef de l’État est bel et bien un coup d’État manqué, ce que le pouvoir a toujours nié prétextant d’une attaque contre la base du contingent égyptien de la MINUSCA derrière le camp Fidèle Obrou dans le premier arrondissement de Bangui. 4 personnes auraient été tuées dans cette attaque du 9 avril selon ce même communiqué du porte-parole des Touaderateurs.

Source : abangui

abangui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here