Centrafrique : Des militaires admis à la retraite toujours en mission à la frontière soudanaise

0
79

BANGUI, 11 avril 2018 (RJDH)–Depuis quelques années, la République Centrafricaine, le Tchad et le Soudan ont accordé leur violon en créant la Force tripartite déployée. Au sein des militaires centrafricains de cette mission, quatre (04) d’entre eux sont admis à la retraite mais l’Etat-major ne songe pas à les démobiliser.  

Pour sécuriser le triangle entre les trois pays (Centrafrique, Tchad et Soudan), des contingents militaires ont été  déployés aux frontières depuis les années 2010. Et le travail n’a toujours pas été facile pour les militaires centrafricains. En dépit de leurs conditions difficiles de travail, ils remplissent avec abnégation et compétence leur mission.

Mais parmi le contingent centrafricain stationné à Amfock, à 7 km d’Amdafock (la nouvelle base de la troupe tripartite qui se trouve au Soudan), il y a quatre militaires admis à la retraite. Ceux–ci se plaignent d’être toujours en service alors qu’ils sont déjà en congé libérable. «Notre congé libératoire a démarré depuis le 1e mars et prendra fin le 30 mai et voilà que nous sommes encore en mission», a expliqué l’un de ces militaires à la retraite».

Contacté, ni le Ministère de la Défense, ni l’Etat-major des Armées centrafricaines n’a pas donné de réponse sur le retour de ceux-ci dans leurs foyers respectifs après plus de 20 ans de service militaire.

Depuis que la force tripartite a été déployée, la relève des militaires centrafricains n’est pas aisée, compte tenu de l’état de la route. C’est le Soudan qui assure pour la plupart le transport aérien des troupes centrafricaines.

En 2014, 113 soldats des Forces Armées Centrafricaines de la Force tripartite Tchad-RCA-Soudan avaient quitté Birao pour Amdafock au Soudan après l’ultimatum des Séléka qui contrôlent la région. Ils ont été évacués grâce aux véhicules de transport des troupes soudanaises affrétés pour la circonstance.

Source : RDJH

RDJH

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here