Centrafrique : Le récit de l’opération de désarmement au km5

1
870

BANGUI, 08 avril 2018 (RJDH)—Les forces nationales et internationales ont mené une opération de désarmement au km5. Le groupe de Nimery Matar alias Force était la principale cible. Le RJDH a pu avoir des informations sur le déroulé de cette opération.

1h25 du matin plusieurs blindés de la Minusca et quelques véhicules de la gendarme nationale entrent discrètement et en convoi au km5. Tous les points stratégiques sont encerclés. La base de FORCE, leader d’un groupe armé en froid depuis quelques semaines avec la Minusca, est encerclé.

2h18, les premiers coups de feu sont entendus par les habitants du km5 dans les environs de la base de FORCE. Dans la foulée, les casques bleus prennent le contrôle de la base de FORCE qui est introuvable. Un char est installé dans la concession et plusieurs éléments sont positionnés.

2h48, des coups de feu sont entendus un peu partout dans le km5. Des grenades exposent aux quatre coins du quartier. Les casques bleus et les gendarmes gardent leur position mais à 4 heures du matin, ils tentent de prendre le contrôle des ruelles du km5 mais la population s’y oppose estimant l’opération pourrait découler sur des morts inutiles.

4h30 les éléments de la Minusca se retirent des quartiers pour prendre position au commissariat du 3ème arrondissement et l’université de Bangui transformée en base arrière des casques bleus portugais. Sous pression de la population et des tirs nourris des auto-défenses, les gendarmes et les casques bleus quittent le km5 en convoie unique.

Depuis 6h00, la garde présidentielle et les casques bleus sont positionnés devant le siège de la Minusca sur l’avenue Boganda qui donne une vue sur le commissariat qui est incendié par les auto-défenses.

Source : RDJH

RDJH

1 COMMENTAIRE

  1. Dans ce cas on on ne pourra pas parler d’un échec. Ce qui est rassurant. Ce malfrat de F finira par payer pour ses actes. Ce n’est qu’un être malveillant qui rendra compte au peuple centrafricain qu’il connaît très mal. Nous vous suivons avec intérêt.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here