Au moins 5 militaires camerounais tués dans l’Extrême-Nord par Boko Haram

0
87

L’armée camerounaise a subi une violente attaque dans la nuit de lundi à mardi, coûtant la vie à au moins 5 militaires. L’attaque est attribuée aux éléments de Boko Haram, selon des sources de sécurité.

« Ils nous ont attaqué dans la nuit vers 18h45 TU, au poste de Sagme » a révélé à VOA Afrique une source de sécurité, sous couvert d’anonymat.

« Le lieutenant a été égorgé avec quatre autres militaires. Les terroristes ont aussi emporté des armes », a ajouté cette source.

Sagmé est situé dans l’arrondissement de Fotokol, département du Logone et Chari. Fotokol, est une ville frontalière avec le Nigeria, dans l’extrême-Nord du Cameroun.

>> Lire aussi : Libération de l’ex-maire de Fotokol au Cameroun

Les autorités accusent Boko Haram d’être à l’origine de cette deuxième série d’attaques dans l’Extrême-Nord du Cameroun en 48 heures.

Dans la nuit de dimanche à lundi , Boko Haram a attaqué un poste de l’armée camerounaise de la force multinationale mixte à Amtalia (à plus de 1454 km de Yaoundé) et le village Mogberé dans l’Extrême -Nord du Cameroun.

Le bilan provisoire des deux attaques survenues dans la nuit de dimanche à lundi, fait état de trois morts, dont les deux kamikazes, et un blessé.

« Ils étaient accompagnés d’autres terroristes lors de l’attaque », ont mentionné d’autres sources de sécurité à VOA Afrique.

Autre localité , dans la nuit de dimanche à lundi, même, à Mogberé, dans le canton de Limani, toujours dans l’extrême- nord, c’est un villageois qui a été tué lors d’une incursion de Boko Haram.

Fin mars, l’armée camerounaise a fait face aux attaques répétées des éléments de Boko Haram.

Depuis le 30 mars, on est toujours sans nouvelles d’un soldat camerounais à l’issue des affrontements entre les l’armée camerounaise et les assaillants de Boko Haram dans les environs de fotokol, une ville située à la frontière Cameroun -Nigeria.

Les affrontements s’étaient produits deux jours plutôt, le 28 mars à Dega et avaient qui ont fait un mort et trois blessés dans ses rangs Boko haram, selon les autorités camerounaises.

Le groupe nigérian Boko Haram mène ses attaques dans le nord du Cameroun, mais aussi au Niger et au Tchad, dans les zones frontalières du lac Tchad.

Depuis 2014, date à laquelle le Cameroun a commencé à lutter contre Boko Haram, les islamistes ont tué « 2.000 civils et militaires » et enlevé « un millier de personnes » dans l’Extrême-Nord du pays, selon le centre d’analyse International Crisis Group (ICG).

L’armée camerounaise est également accusée d’avoir commis des exactions dans sa lutte contre le groupe islamiste. L’ONG Amnesty international a dénoncé en juillet des arrestations arbitraires ainsi que le recours à la torture sur des membres présumés de Boko Haram par les forces spéciales camerounaises.

Source : VOAAfrique

VOAAfrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here