fbpx
22 C
Bangui
mar, 22 mai 2018
Accueil Société Centrafrique : Un agent de l’état séquestré par les éléments anti-Balaka de...

Centrafrique : Un agent de l’état séquestré par les éléments anti-Balaka de Bangassou

0
36

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-language:EN-US;}

BANGUI, 30 Mars 2018 (RJDH)–Le Conseiller Pédagogique, Christian Kouté, pris en otage par des Anti-Balaka de Bangassou la semaine dernière est finalement arrivé à Bangui pour des soins médicaux. Les bourreaux auraient conditionné sa libération au versement de la somme de 5 millions de francs CFA.

Cet acte intervient, dans un contexte où le gouvernement centrafricain est entrain de tout mettre en œuvre pour le redéploiement de l’autorité de l’état dans les préfectures et sous-préfectures.

Christian Kouté, Conseiller pédagogique au Centre Pédagogique Régional (CPR), et professeur vacataire au lycée moderne de Bangassou raconte son calvaire. «Je ressens un sentiment de détresse  après ce qui m’est arrivé. C’était le  17 mars 2018, dans la matinée que j’étais arrêté par des éléments Anti-Balaka. Ils ont donné comme raison de mon arrestation le fait qu’ils ont retrouvé dans mon répertoire des contacts de sujets  musulmans. En Centrafrique, nous avons des compatriotes, qui ne sont pas des musulmans, mais qui portent les noms similaires à ceux des musulmans et nous avons tous au moins un membre de la famille qui est musulman. Raison pour laquelle ils m’ont séquestré pendant 10 heures de temps. Ils ont exigé une rançon de 5 millions de francs CFA. Quant à mon cadet sur qui ils ont retrouvé un sifflet, ils ont exigé une rançon  de 500.000F CFA car, à leur avis, ce sifflet sert à alerter les sujets musulmans », a relaté la victime.

Il revient sur l’intervention des autorités locales qui ont facilité sa libération  et exhorte le gouvernement  à faciliter la tâche aux fonctionnaires affectés en province. «C’est grâce au concours des autorités notamment  le préfet, le sous-préfet et l’intendante du lycée moderne de Bangassou que j’ai pu être libéré après une négociation qui a duré toute la journée. Je saisis cette opportunité pour lancer un cri de cœur au  gouvernement afin d’appuyer les agents de l’Etat  dans la mission qui leur est dévolue », a lancé Christian Kouté.

Les efforts du gouvernement dans le redéploiement des fonctionnaires de l’Etat risquent d’être vains si les groupes persistent et signent dans leurs comportements antipatriotiques. 

 

Source : rjdh.org

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here