Centrafrique : intégration des docteurs vétérinaires dans la fonction publique, le pouvoir de Bangui ferme la porte intentionnellement

0
55

Formés en majorité à Dakar au Sénégal, notamment à l’École Inter États des Sciences et Médecines vétérinaires (EISMV), les docteurs vétérinaires, notamment ceux en instance d’intégration dans la fonction publique centrafricaine ou en fin d’étude, sont désormais condamnés à supporter les caprices des autorités de leur pays. Volontairement ou non, la porte de la fonction publique semble être fermée pour longtemps à ces diplômés, pourtant recherchés dans le pays. Que s’est-il passé ?

Les faits :

Selon des informations concordantes recoupées, tout a commencé en mars 2013 par la prise du pouvoir de l’ex-coalition de la Séléka, suivie de la guerre civile qui a totalement secoué le pays.

Pour les étudiants centrafricains à l’étranger, en particulier ceux de l’École Inter États des Sciences et Médecine vétérinaire (EISMV) de Dakar, cette prestigieuse institution ayant pour vocation de former des Docteurs vétérinaires issus des sous-régions d’Afrique de l’Ouest , du Centre et même de l’Est, commence alors une période d’extrêmes difficultés.

Depuis, ces étudiants sont laissés à eux même dans des conditions inacceptables. En 2015, la Direction de l’école leur interdisait l’inscription et l’accès à tout document administratif faute de non-versement par leur État de sa contribution pour le bon fonctionnement des activités de l’école depuis des années. De ce fait, les Étudiants centrafricains en fin de cursus en 2014 par exemple, n’ont finalement pu soutenir leur thèse qu’en 2016, 2017 suites à un allègement des mesures prisent à leur égard par la direction de l’école. Ces étudiants perdaient au passage deux à trois ans de leur vie.

Depuis le début des problèmes, toutes les couches de l’administration centrafricaine ont été saisies.

Malheureusement aucun effort n’a été consenti pour les résoudre. Ainsi donc, tout le monde est au courant que les vétérinaires diplômés de l’EISMV pendant ces trois dernières années (au nombre de quatre) ne peuvent entrer en possession de leur diplôme. Malheureusement, en cette période d’intégration à la fonction publique, les autorités refusent de prendre leur dossier d’intégration sous prétexte que n’y figure pas leur diplôme.

« Nous voulons savoir si nous devons encore perdre des années de nos vies parce que l’État ne travaille pas. », a expliqué à CNC le docteur Édouard Désiré KAIMBA, l’un des docteurs vétérinaires en instance d’intégration contactés au téléphone .

Bizarrement, l’État peut entrer en possession de la liste effective des individus ayant fréquenté et fréquentant encore l’EISMV de Dakar si elle le désire.

Ne serait-ce pas là un signe de mauvaise foi que de les laisser encore à leur sort ces dignes enfants du pays qui malgré les difficultés ont relevé le défi de finir leurs études et qui ne demandent à présent qu’à travailler pour le redressement de leur pays?

Où est donc passée la politique du développement agricole tant prônée par l’État si ceux qui doivent travailler sur le sujet ne sont pas recrutés?

Voici autant de questions auxquelles les diplômés vétérinaires de Dakar aimeraient avoir des éclaircissements.

Source : abangui

abangui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here