Un ministre prône le dialogue dans le sud-ouest anglophone du Cameroun

0
73

M. Atanga Nji, lui-même anglophone, a affirmé dans une courte intervention à la radio d’Etat être présent dans le sud-ouest pour « apporter un message de dialogue, un dialogue responsable, un dialogue avec ceux qui savent que le Cameroun est un et indivisible ».

Il a aussi indiqué être là pour « transmettre les remerciements du chef de l’Etat aux autorités administratives et aux forces de défense pour la manière professionnelle dont elles ont fait montre pendant les perturbations ».

Les deux régions anglophones du sud-ouest et du nord-ouest, qui regroupent 20% de la population camerounaise, sont secouées depuis plus d’un an par une profonde crise politique sur fond de revendications sociales et économiques vis-à-vis de l’élite francophone qui dirige le pays.

>> Lire aussi : Sénatoriales au Cameroun dans un contexte de tension en zones anglophones

La situation sécuritaire s’est considérablement dégradée depuis la proclamation unilatérale d’une république indépendante, l' »Ambazonie », le 1er octobre 2017, puis l’extradition fin janvier au Cameroun de 47 séparatistes anglophones, dont leur leader Sisiku Ayuk Tabe, après leur arrestation au Nigeria.

Depuis, les violences se sont transformées en conflit de basse intensité entre l’armée et les séparatistes, avec des attaques ciblées contre des symboles de l’Etat et des enlèvements. Mi-mars, deux Tunisiens et deux Camerounais ont été enlevés dans le sud-ouest.

L’un des Tunisiens a été tué alors que les trois autres otages ont été libérés lors d’une opération de l’armée, selon le gouvernement. En février, un sous-préfet et le responsable régional du ministère des Affaires sociales dans le nord-ouest ont été enlevés à Batibo et restaient en captivité mercredi.

>> Lire aussi : Au moins un militaire et 20 jihadistes tués dans un accrochage entre Boko Haram et l’armée au Tchad

M. Atanga Nji a entamé sa visite mercredi par Buea, le chef-lieu de la région avant de la poursuivre à Kumba, le but étant d' »évaluer la situation sécuritaire » dans le sud-ouest, épicentre des violences des régions anglophones, selon des sources concordantes à l’AFP.

Avant le sud-ouest, le ministre Atanga Nji s’était déjà rendu dans le nord-ouest mi-mars, la deuxième région anglophone du Cameroun, où il avait appelé les séparatistes à « se reconvertir ».

M. Atanga Nji est le premier anglophone à occuper le poste stratégique de ministre de l’Administration territoriale.

Il a été nommé à ce poste le 2 mars, à la faveur d’un remaniement gouvernemental. Il est très impopulaire dans les régions anglophones pour avoir déclaré dès la survenue en novembre 2016 de la crise dans ces régions qu' »il n’y a pas de problème anglophone » au Cameroun.

Avec AFP

Source : VOAAfrique

VOAAfrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here