Centrafrique : un prêtre tué dans les affrontements de bambari

0
46

Le curé de la paroisse Saint Charles Lwanga de la bourgade de Séko, située entre les villes centrafricaines de Bambari (centre) et Ippy (centre-nord), a été tué mercredi dernier par des éléments peulhs du mouvement rebelle Unité pour la paix en Centrafrique (UPC) d’Ali Darass, en représailles au massacre des leurs par des anti-balaka dans le village de Tagbara, à 72 kilomètres au nord de Bambari, a appris Xinhua vendredi d’une source locale.

Un communiqué du diocèse de Bambari publié jeudi a annoncé « à la communauté chrétienne du diocèse et à la Conférence épiscopale centrafricaine (CECA) » la mort de l’abbé Désiré Angbabata survenue mercredi à Séko, devant une paroisse qu’il tient depuis octobre 2017.

Sa mort a suscité de vives condamnations de la mission onusienne en Centrafrique MINUSCA. Dans son communiqué publié vendredi, la mission « condamne avec fermeté les affrontements (…) ayant causé d’importantes pertes en vies humaines dont un prêtre et des enfants parmi les civils », faisant état d’un lourd bilan avec « plusieurs blessés, un déplacement important de population civile, des maisons brûlées et des biens saccagés ».

Le meurtre d’un jeune anti-balaka mercredi par des éléments de l’UPC au village Gotilé, à 35 kilomètres au nord de Bambari, a été à l’origine du déferlement de la violence. Pour venger leur compagnon, des anti-balaka ont tendu une embuscade à des Séléka, tuant plus d’une quinzaine dans le village Tagbara. Furieux, des renforts des Séléka de l’UPC se sont mis à ratisser les villages situés entre Bambari et Ippy, tuant dans les villages et incendiant les maisons d’habitation. La bourgade de Séko, presque au milieu des deux villes, n’a pu être épargnée.

En réponse à cette escalade de la violence, la MINUSCA a déployé des patrouilles sur le terrain en vue de protéger les civils.

Aux dernières nouvelles, de source locale, compte tenu de l’intensité de la contre-attaque, le corps de l’abbé Angbabata a été inhumé hâtivement dans la clôture de la paroisse, tandis que les corps des autres personnes ayant trouvé refuge à l’église ont été enseveli dans une fosse commune.

Au même moment où les hostilités font rage au nord de Bambari, la MINUSCA a indiqué à travers son communiqué que « lundi 19 mars dernier, des éléments de l’UPC et des antibalaka s’étaient déjà affrontés dans la ville centrafricaine d’Alindao », suscitant une intervention et une riposte des forces de la MINUSCA pour protéger les civils. Durant cette escarmouche, des éléments de l’UPC ont perdu la vie et deux soldats de la paix ont été légèrement blessés, a ajouté le communiqué.

Source : abangui

abangui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here