fbpx
Accueil Société Centrafrique : Le G5 s’inquiète des menaces des Anti-Balaka contre les convois...

Centrafrique : Le G5 s’inquiète des menaces des Anti-Balaka contre les convois de la Minusca

0
211

BANGUI, le 24 Mars 2018(RJDH)—Le groupe de cinq composé de l’Union Européenne, l’Union Africaine, la CEMAC, la France, les Etats-Unis d’Amérique s’est préoccupé des menaces proférées par les Anti-Balaka contre les convois de la Minusca sur tout le territoire. Inquiétude exprimée dans un communiqué de presse à Bangui.

Les inquiétudes portées par le G5 font suite à l’arrestation d’un leader Anti-Balaka suite à un mandat d’arrêt de justice. Laquelle arrestation est intervenue au moment où les tendances Anti-Balaka se sont montrées coopératives dans le cadre des pourparlers sous l’égide de l’Union Africaine conformément à sa feuille de route de juillet 2017.

Le groupe de 5 s’est montré solidaire du gouvernement et condamne avec fermeté les violences. «Suite à l’arrestation de Jean Francis Diandi par les forces internationales, conformément au mandat d’amener délivré par un juge d’instruction de la République centrafricaine, suivie de sa remise aux autorités judiciaires, la Communauté internationale constate avec beaucoup d’inquiétudes, les menaces proférées par le groupe de ce chef Anti Balaka contre la MINUSCA et l’ensemble de ces convois sur l’ensemble du territoire national. Nous condamnons avec fermeté les menaces de ces éléments incontrôlés dont le but est de perpétuer la souffrance des populations centrafricaines et de saper les efforts du Président Faustin Archange Touadera et de son gouvernement pour lutter contre l’impunité conformément aux recommandations du Forum national de Bangui du 11 mai 2015 », peut-on lire dans ce document.

Les actes de violences contre les forces internationales sont condamnables et sont considérés comme crime de guerre. Plusieurs éléments des groupes armés ont été jugés par la cour criminelle du pays pour association des malfaiteurs, détention illégale d’arme de guerre etc.

Les pays membres du G5 sont les principaux partenaires financiers de la chaine pénale en Centrafrique.

Source : rjdh.org

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here