Centrafrique : quand les anti-balaKas désarment le chauffeur du Préfet de Mbomou Gustave Syllo.

0
71

À la recherche des armes et minutions pour leur prochaine mission, les miliciens anti-balaka, qui se sont regroupée en masse ce dernier temps à Bangassou, ont désarmé il y’a quelques jours le chauffeur du Préfet de Mbomou le Commandant Gustave Syllo.

Alors que plusieurs sources concordantes indiquent que les anti-balakas, venues en nombre des différentes communes de la préfecture de Mbomou, vont probablement tenter de déloger de force tous les déplacés musulmans du camp de l’Église catholique dans les prochains jours, le chauffeur du Préfet, un sergent-chef de l’armée nationale, vient à son tour d’être désarmé par ses derniers.

Même si certains habitants de Bangassou ont fermement condamné le geste des miliciens anti-balaka contre le chauffeur du Préfet, beaucoup sont ceux qui n’apprécient pas du tout le comportement irresponsable de la victime depuis son arrivée dans leur ville.

D’après certains habitants de Bangassoucontactés par CNC, il ne manque jamais un jour sans que celui-ci picole, même en conduisant parfois son patron.

Malheureusement pour lui, le vendredi dernier au moment où la ville était paralysée par les échanges musclés des tirs à l’arme lourde entre les anti-balakas et les soldats de la Minusca et que trois ministres du gouvernement Sarandji se sont rendus sur place dans la ville, le chauffeur du Préfet, un sergent-chef de l’armée nationale, quant à lui, s’est retrouvé déjà dans un état d’ivresse avancé.

Physiquement, l’homme ne peut plus marcher sur ses deux jambes, mais les miliciens anti-balaka l’ont fait quand même bouger de force avant de le désarmer de toutes ses minutions et arment de service encore par-devers lui.

Choqué de nouveau par ce comportement, son chef, le Préfet Syllo, n’a plus de choix que de le limoger de son poste du chauffeur.

Cependant, une poursuite disciplinaire est déjà en cours à l’État-major à Bangui contre lui.

En attendant, le sergent-chef est toujours à Bangassou en attente d’un vol bleu qui va le ramener dans la capitale.

Pour l’heure, son successeur à ce poste serait un ex-chauffeur du prédécesseur de son patron Gustave Syllo.

Par ailleurs, le chef de bande Pino-Pino, récemment arrêté et libéré par une faction rivale de la milice anti-balaka de Bangassou, serait dans un état critique entre la vie ou la mort après avoir été empoisonné mystiquement, selon certains miliciens contactés par CNC.

Source : abangui

abangui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here