Centrafrique : nouvelles postures des casques bleus et des FACA face aux groupes armés à Paoua

0
76

Le changement de mode opératoire de la Mission onusienne en Centrafrique (MINUSCA), en collaboration avec les Forces armées centrafricaines (FACA), a commencé à produire des résultats positifs dans toute la ville centrafricaine de Paoua (extrême nord-ouest) suite à l’adoption d’une nouvelle posture face aux groupes armés chassés de la localité en vue de réduire leur influence, a appris Xinhua mercredi d’une source proche de la MINUSCA.

Au cours d’une vidéoconférence ce mercredi, le chef du bureau régional de la mission onusienne à Paoua, Simon Addih Alamine, a souligné que cette nouvelle posture s’inscrit dans le cadre de l’opération « Mbaranga » lancée par la MINUSCA, aux côtés de qui interviennent des FACA.

« Les ennemis de la paix se sont retranchés dans la brousse et tendent des embuscades à la paisible population pour commettre des exactions sur elles. Les forces ont été instruites de les poursuivre et depuis la semaine dernière, la situation a commencé à s’améliorer. Nous n’avons enregistré aucun incident entraînant la mort d’une personne », a déclaré M. Alamine.

Il a ajouté que « depuis le lancement de cette opération qui en est à sa quatrième phase, le calme revient dans la ville de Paoua et ses environs, ce qui a favorisé l’ouverture des établissements scolaires dans la localité de Gouzé, par exemple, et encouragé les humanitaires à revenir dans la ville », ajoutant que « l’opération ’Mbaranga’ se poursuivra dans toute la préfecture de l’Ouham-Pendé (extrême nord-ouest) ».

Il est convaincu que « très bientôt, la situation sécuritaire redeviendra normale à Paoua et dans la préfecture de l’Ouham-Pendé », et a invité « la population à faire confiance aux forces de la MINUSCA et aux FACA déployées dans la zone ».

Vers la fin du mois de décembre 2017, de violents affrontements ont opposé les groupes armés rivaux dans la préfecture de l’Ouham-Pendé. Les affrontements ont eu pour conséquences les tueries de masse, l’incendie systématique des villages et des greniers, enfin, un important mouvement de population. Plus de 70.000 personnes, fuyant les hostilités, ont trouvé refuges à Paoua, soit sur des sites des déplacés soit dans des familles d’accueil, avec des situations humanitaires graves.

En accord avec la MINUSCA, une section des FACA est arrivée à Paoua fin janvier dernier. Le déploiement de cette section a été un test car dès l’entrée en action de la MINUSCA, une croix avait été mise sur les FACA, en lien avec l’embargo qui pesait sur les armes en direction de la RCA. Il ne fait l’ombre d’aucun doute, le déploiement des FACA à Paoua peut déjà paraître concluant.

Source : abangui

abangui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here