fbpx
Accueil Politique Centrafrique : Le Président Touadera signe l’Accord de Libre-Echange Continental

Centrafrique : Le Président Touadera signe l’Accord de Libre-Echange Continental

0
70

BANGUI, 22 mars 2018 (RJDH)–Présent à Kigali comme certains de ses pairs africains, le Président de la République Centrafricaine, Faustin Archange Touadera a signé le 21 mars, l’Accord de Libre-Echange Continentale (ZLEC).

Pour booster le commerce intra-africain, la République Centrafricaine à l’instar des 44 pays africains, a signé l’Accord de Libre-Echange Continental lors du 18e Sommet Extraordinaire de l’Union Africaine à Kigali (Rwanda).

Sur les enjeux de cette signature, la Présidence Centrafricaine a indiqué que l’Accord de Libre-Echange Continental est une opportunité pour la RCA. «Cette signature est une aubaine pour la RCA qui est un pays enclavé confronté à des coûts de transport élevés et à de longs délais de transit», a-t-il justifié.

Pour le chef de l’Etat centrafricain,  la Zone de Libre-Echange Continental Africaine a été créée conformément à la vision de l’Agenda 2063 lié à l’intégration du continent africain. Sur cet Accord qualifié d’historique, la Présidence a souligné sur sa page officielle de Facebook que «c’est un pas de plus dans la consolidation de l’unité africaine et l’accélération de la mobilité et de l’intégration sur le continent conformément à l’Agenda 2063 ».

L’Accord de Libre-Echange Continental engage les gouvernements à supprimer les droits de douane sur 90% des biens et à introduire progressivement le reste dans le futur. Cet Accord devra d’abord être ratifié par les différents gouvernements et n’entrera en vigueur qu’une fois ratifié par au moins 22 pays.

Que gagnera la République Centrafricaine ?

La République Centrafricaine est un pays continental qui importe pratiquement tous ses biens de consommation et exporte très peu. Ses rares exportations sont handicapées par la dégradation de ses infrastructures routières et maritimes, les surcoûts de transport liés à l’enclavement et l’insécurité. Mais pour tirer les bénéfices de cet Accord, le pays devra renouer avec le développement en mettant un accent particulier sur les produits destinés à l’exportation tels le café, le coton, le bois,  le bétail, les minerais (diamant, or),….

Sur cet Accord d’intégration économique, des Centrafricains ont indiqué que cela permettra de désenclaver la République Centrafricaine. Mais pour qu’il soit bénéfique à ce pays continental, les autorités devront «penser à rendre praticables toutes les routes qui nous lient avec les pays voisins».

Selon l’Atlas.media, la République Centrafricaine est la 178e économie d’exportation dans le monde. «En 2015, le pays a exporté 148 millions de dollars et importé 574 millions de dollars, ce qui s’est traduit par un solde commercial négatif de 425 millions de dollars ».
Ajouté à la signature de la Zone de Libre-Echange Continental, deux autres Accords ont été paraphés. La «déclaration de Kigali » ou déclaration solennelle de fin de  sommet lors duquel 27 pays ont paraphé le protocole autorisant la libre circulation des personnes entre les pays signataires.

Par ailleurs, d’autres Etats se sont abstenus de signer l’accord de Libre-Echange. Ce sont le Bénin, le Burundi, l’Érythrée, la Guinée Bissau, la Namibie, le Nigeria et la Sierra-Leone.
Selon les prévisions des défenseurs de l’Accord sur la Zone de Libre-Echange Continental, sa signature et sa ratification par les 55 pays membres de l’Union Africaine permettra «l’accès à un marché de 1,2 milliard de personnes, pour un PIB cumulé de plus de 2.500 milliards de dollars ».

Source : rjdh.org

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here