« Plus de 200 » faux magistrats débusqués en RDC

0
26

Une commission d’enquête instituée par les autorités depuis octobre « a examiné notamment les qualifications, la régularité des conditions de recrutement des magistrats des sièges et des parquets », selon un enquêteur. Environ 4.000 magistrats civils et militaires sont actuellement en fonction dans le pays.

« Plus de 200 individus » vont devoir être « extirpés du corps de la magistrature pour n’y maintenir que des vrais magistrats », a affirmé le ministre.

>> Lire aussi : Le ministre congolais poursuivi en Belgique pour crime contre l’humanité se défend

« Nous avons écouté le rapport. La commission a pu établir qu’il y a beaucoup d’individus qui sont entrés ou qui sont dans le corps de la magistrature qui ne devraient pas y être », a ajouté M. Thambwe.

Depuis l’institution de cette commission, quelques personnes concernées sont déjà aux arrêts pour les cas les plus flagrants, d’autres ont carrément déserté leurs bureaux, a-t-il expliqué.

« La primeur du contenu de ce rapport est réservée au président de la République », a indiqué M. Thambwe.

« Ces individus qui sont entrés dans ce corps de manière irrégulière ont fait les plus grands dégâts dans l’administration de la justice », a accusé le garde des sceaux congolais. « Ils seront chassés de la magistrature et poursuivis ».

De nombreux justiciables en RDC et des ONG nationales et internationales de défense des droits de l’Homme accusent régulièrement la justice congolaise d’être corrompue et de « rendre des jugements à la tête du client ».

>> Lire aussi : L’ONU accuse les autorités congolaises d’armer une milice menant d' »horribles attaques » au Kasaï

En octobre, le ministre de la Justice avait présenté un « tableau sombre » de la justice « infectée par plusieurs maux », au cours d’une cérémonie officielle retransmise à la télévision de l’État.

A la même occasion, il avait fustigé la lenteur dans l’administration de la justice: les arrestations et les détentions sont transformées en « instrument d’intimidation et de terreur contre les inculpés pour les amener à libérer leurs avoirs » c’est-à-dire corrompre financièrement les juges.

Avec AFP

Source : VOAAfrique

VOAAfrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here