Centrafrique : visite inopinée des membres du gouvernement à Bangassou, la Minusca absente pour leur sécurité

0
86

Arrivé dans la matinée du vendredi dernier à bord de l’avion de l’ONG MSF, le ministre de l’intérieur, accompagné par deux de ses collègues notamment le ministre de la santé et celui des mines, ils ont été accueilli par le Préfet de Mbomou Gustave Syllo et le maire de Bangassou à leur descente d’avion. Étonnée par l’absence remarquée des soldats de la Minusca, la délégation ministérielle hésite dans un premier temps de pénétrer dans la ville avant de décider d’y aller au risque et peril de leur vie. Alors, pourquoi la Minusca refuse-t-elle de porter assistance sécuritaire à ces trois ministres ?

Selon nos informations, le ministre de la sécurité publique Wanzet Lingassara, son collègue de la santé publique Pierre Sonse et celui des mines Léopold Mboli-Fatrane,accompagné lors de leur visite officielle à Bangassou par un responsable de l’ONG internationale MSF au cours de laquelle, ils devraient rendre visite aux déplacés du camp de l’Église catholique, au personnel de santé de l’hôpital général de la ville ainsi qu’au siège du MSF pillé récemment par les Anti-Balaka.

Entre temps, la découverte d’un corps sans vie a totalement plongé la ville dans un chaos avec des tirs à l’arme lourde partout, poussant ainsi la délégation à modifier leur programme établi en amont.

Malgré l’état catastrophique de la ville, les trois ministres ont été escortés par quelques éléments des forces de la sécurité intérieure présentes sur place avant de visiter quelques points essentiels comme le siège local du MSF et l’hôpital général de Bangassou.

Quant à l’absence des forces de la Minusca, elle se justifie, selon une source proche de la mission de l’ONU dans le pays, par la situation chaotique de la ville ce vendredi. Tous les éléments présents ont été déployés sur le terrain pour protéger la population, concluent cette source.

Au cours de la visite, le responsable du MSF a déclaré que son organisation va reprendre ses activités dans la région en dépit de la situation sécuritaire très instable. Selon ce responsable du MSF, la population souffre, il n’est pas question qu’ils les abandonnent dans cet état.

Alors que la délégation ministérielle vient de quitter la ville, des échanges très musclés entre les soldats marocains de la Minusca et les miliciens Anti-Balaka s’intensifient, poussant ainsi les forces de l’ONU à faire recours aux 12/7, des armes suffisamment lourdes installées sur des blindés et peuvent détruire en un coup un bâtiment.

Le bilan provisoire actuel fait état de plus de 10 morts et de plusieurs blessés.

Source : abangui

abangui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here