fbpx
lundi, novembre 19, 2018
Accueil Actualités Centrafrique : Une fille de 4 ans violée par son oncle paternel...

Centrafrique : Une fille de 4 ans violée par son oncle paternel au quartier Seydou à Bangui

0
96

BANGUI, le 16 Mars 2018 Mars(RJDH)—Une mineure de quatre ans victime de viol ce 14 mars au quartier Seydou à Bangui. L’enfant est sous traitement et pris en charge par l’équipe des Médecins Sans Frontière (MSF) alors que l’UMIR s’est saisie du dossier.

Un présumé auteur selon des témoignages concordants serait responsable de dudit acte. Mais à ce niveau, l’oncle paternel de la fille soupçonné d’avoir préparé et perpétré le viol n’est pas inquiété. L’UMIR, une unité de lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles s’est saisie du dossier et a ouvert une enquête.

Un membre de la famille a raconté au RJDH les déroulés en ces termes «les faits remontent au moment où le garçon habitant la même maison familiale a été soupçonné plusieurs fois par les voisins proches de la famille, de pratiquer des attouchements avec l’enfant mise en cause».

 «C’est au moment de faire prendre le bain à sa petite fille que sa grand-mère a constaté que l’enfant souffrait et a commencé à crier et à geindre suite aux douleurs générées par cet acte violent perpétré par  son oncle de 18 ans», a ajouté la maman qui s’indigne de ce comportement. La fille de 4 ans est aussitôt transférée à l’hôpital tenu par les Médecins Sans Frontière au quartier Sica 1 hier 15 mars pour des soins médicaux. MSF quant à elle s’est montrée rassurante «l’enfant bénéficie en ce moment d’une prise en charge sanitaire au niveau de notre structure», confie un personnel soignant de l’équipe MSF.

L’Unité Mixte d’Intervention Rapide et de Répression et des violences faites aux femmes et filles(UMIRR) saisie du dossier a qualifié cela d’un acte incestueux et compte intenter en justice cette affaire de viol.

Le viol sur mineure connait une courbe exponentielle ces derniers temps à Bangui. Le code pénal en son article 87 a prévu et punit le viol en ces termes : « Tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui par violence, contrainte, menace ou surprise, est qualifié de viol. Quelconque aura commis le crime de viol sera puni des travaux forcés à temps ».

Source : rjdh.org

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here