Avec « Razzia », Nabil Ayouch filme des personnages en quête de liberté à Casablanca

0
31

Film choral foisonnant, qui sort mercredi en France, « Razzia » met en scène les destins croisés à Casablanca de cinq personnages en quête de liberté, tandis qu’une révolte monte: une vieille femme venue à la ville avec son fils pour rechercher l’homme qu’elle aime, une femme libre qui refuse de se soumettre aux volontés de son mari, une adolescente des beaux quartiers qui apprend à se connaître, un restaurateur juif et un jeune homme de la Medina fan de Freddie Mercury.

>> Lire aussi : Cinéma: 20 films en compétition pour le grand prix du Fespaco

Interdit aux moins de 16 ans au Maroc, où il est sorti mi-février, ce film qui a été le candidat du Maroc aux Oscars entrecroise aussi deux époques: le début des années 80, à travers l’histoire de l’instituteur d’un village berbère de l’Atlas obligé de parler arabe à ses élèves en pleine accélération des réformes de l’arabisation, et l’été 2015, « goulot d’étranglement des contradictions » d’une société prise dans « un conflit flagrant entre tradition et modernité », selon Nabil Ayouch.

Son précédent film, « Much Loved », avait suscité en 2015 de violentes réactions au Maroc: son actrice principale Loubna Abidar s’était réfugiée en France après une agression.

Le réalisateur de 48 ans, né en France, parle cette fois de personnages « qu’il a croisés durant son parcours depuis maintenant une vingtaine d’années qu’il habite à Casablanca, et pour l’un d’entre eux depuis son enfance à Sarcelles », en banlieue parisienne.

« J’ai eu envie de parler d’eux, et à travers eux de parler de nous. Ce sont des personnages que j’ai évidemment aimés » et « qui m’inspirent surtout par leur capacité à résister », dit-il à l’AFP.

« C’est vraiment un film sur les libertés individuelles et sur la résistance », poursuit celui qui n’a rien perdu de son engagement malgré la polémique et les attaques – jusqu’aux menaces de mort – qui ont accompagné « Much Loved », interdit de projection au Maroc où il a été considéré comme « un outrage grave aux valeurs morales et à la femme marocaine ».

– ‘Combats à mener’ –

« Ça aurait pu être un traumatisme à vie, ça a été une blessure violente qui ne s’est pas encore complètement refermée », confie Nabil Ayouch. « Mais ce n’est pas ça qui m’a donné envie d’abdiquer. Au contraire, ça a renforcé mes convictions, et surtout ma conscience du fait qu’il y a des combats à mener, et que c’est maintenant qu’il faut les mener ».

« Je ne suis pas quelqu’un qui fonctionne sur la peur », assure le réalisateur, avec un regard déterminé. « Après, le jour où je sentirai que je ne peux plus m’exprimer en toute liberté au Maroc, je partirai. Mais aujourd’hui, j’ai envie de continuer à conquérir des espaces de liberté ».

>> Lire aussi : L’actrice de « Much Loved » quitte le Maroc où « les femmes libres dérangent »

Pour jouer le rôle de Salima, femme libre qui veut pouvoir décider d’avoir ou non un enfant, de danser ou de fumer, de mettre une robe moulante dans la rue ou un maillot de bain deux-pièces à la plage, Nabil Ayouch a choisi sa compagne, Maryam Touzani, également coscénariste du film, qui connaît là sa première expérience de comédienne.

Elle-même cinéaste, elle dit avoir eu « plus que tout un désir incommensurable de pouvoir raconter sa vérité de femme à travers un rôle, après ce qui est arrivé à Loubna Abidar ».

>> Lire aussi : L’actrice de « Much Loved » dit avoir été agressée au Maroc et se réfugie en France

« C’est une manière de dire qu’on ne va pas se laisser faire, qu’on ne va pas arrêter de dire ce qu’on a à dire et de faire ce qu’on a envie de faire », explique-t-elle à l’AFP. « La position de la femme au Maroc, je sens franchement qu’elle est en train de reculer à un rythme effrayant. C’est pour cela qu’il est urgent de se rendre compte et de réagir, de résister, chacune comme on peut ».

Avec AFP

Source : VOAAfrique

VOAAfrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here