Centrafrique : l’insécurité au quartier Pk11, les patrouilles des forces de l’ordre se multiplient.

0
47

Comme nous l’avons annoncé dans l’un de nos précédents articles sur le niveau insupportable de la criminalité au quartier PK11 à la sortie nord de Bangui, la réaction des forces de l’ordre ne se fait pas attendre. Pour preuve, les patrouilles nocturnes des forces de sécurité intérieure se multiplient dans le secteur pour débusquer les assaillants.

Selon les témoignages de certains habitants du quartier PK11 contactés par CNC, les forces mixtes de l’ordre, composées des gendarmes et des policiers, multiplient des patrouilles depuis le vendredi dernier dans le secteur pour tenter de débusquer ces malfrats qui écument le coin et ne cessent d’attaquer les paisibles citoyens chez eux.

D’après une source proche du ministère de l’intérieur, c’est finalement sur l’ordre du ministre de la sécurité publique le général Wanzet Lingassara, lui-même habitant dudit quartier et témoin d’une tentative de vol en arme blanche devant le bar-restaurant Mérifique, que son chef de sécurité décide de mettre les choses en ordre.

Pour le moment, le secteur du PK11 est totalement calme la nuit, mais pour combien de temps ? Beaucoup apprécient la réaction rapide des forces de l’ordre sur cette situation chronique de l’insécurité qui gangrène ce quartier résidentiel dans lequel, le Premier ministre et son ministre de sécurité publique, ainsi que le Chef d’État major et le 2e vice Président de l’Assemblée nationale y réside.

Le seul problème soulevé par les habitants de ce quartier, c’est que les malfrats du coin, identifiés comme des ex-combattants de la Séléka regroupés dans le camp rdotent, hagissent souvent dans des endroits sombres où les phares des véhicules ne pourraient pas les déranger.

On nous a signalé que la plupart du temps ces malfrats attaquent au groupe d deux ou trois assaillants et la présence d’un véhicule, même de passage, les pousse à ne rien faire. Le mieux pour les forces de l’ordre, selon certains témoignages recueillis par CNC, c’est de patrouiller à pied comme des civils afin de les débusquer.

Toutefois, l’action des forces de l’ordre ce dernier temps est appréciée localement. L’essentiel que ça dure.

Anselme Mbata

Source : abangui

abangui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here