Malema lance sa campagne pour 2019 en Afrique du Sud

0
20

Le chef des Combattants pour la liberté économique (EFF, gauche radicale), a lors d’un rassemblement à Johannesburg, confirmé qu’il tenterait d’évincer le maire de Port Elizabeth dont l’administration a été soutenue par EFF depuis les élections de 2016.

Le maire de cette ville de la côte sud, Athol Trollip, est membre de l’Alliance démocratique (DA), principal parti d’opposition qui a gouverné Port Elizabeth ainsi que Johannesburg et Pretoria avec le soutien du parti EFF de M. Malema.

Mais depuis la démission en février du président Jacob Zuma, qui a été longtemps la cible des critiques belliqueuses de M. Malema, le parti EFF s’en prend à l’Alliance démocratique, l’accusant d’être un parti raciste qui défend les intérêts des blancs.

>> Lire aussi : Le sud-africain Julius Malema interdit d’appeler à occuper des terres

« Tous les blancs qui votent pour DA, qui sont furieux à propos de ce que nous allons réaliser à Port Elizabeth … Vous tous, vous pouvez aller en enfer, vous êtes le cadet de nos soucis. Nous ne nous soucions pas des sentiments des blancs », a-t-il lancé, sous les applaudissements de la foule.

« Nous ne haïssons pas les blancs, nous aimons simplement les noirs », a-t-il ajouté.

M. Malema a tenté de renouer avec le Congrès national africain (ANC) au pouvoir depuis l’accession au pouvoir du nouveau président sud-africain Cyril Ramaphosa qui a succédé à Jacob Zuma.

« Ramaphosa doit faire ce qu’il convient de faire. Cela nous est égal qu’il soit un milliardaire, nous voulons qu’il fasse ce qu’il faut faire », a poursuivi M. Malema.

Le parti des Combattants pour la Liberté économique, fondé en 2013 par M. Malema lorsqu’il a été expulsé de l’ANC en même temps que plusieurs alliés, est le troisième parti pour ce qui concerne le nombre de députés à l’Assemblée nationale.

Dans son discours, M. Malema a salué la résolution de l’ANC pour une réforme de la Constitution afin d’autoriser la redistribution des terres agricoles, détenues principalement par des blancs, au profit de la majorité noire.

« Nous n’écouterons aucun Britannique, nous n’écouterons pas le parlement européen, nous n’écouterons pas l’ONU, nous écouterons le peuple d’Afrique du Sud », a lancé M. Malema, qui a défendu cette motion adoptée à une large majorité fin février par le parlement.

Il faisait allusion à une lettre envoyée mardi par la députée du parti britannique populiste UKIP Janice Atkinson au ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson appelant le gouvernement à se saisir de ce sujet de la redistribution des terres agricoles en Afrique du Sud.

M. Malema a également exhorté les sympathisants des EFF à s’inscrire sur les listes électorales, affirmant que s’ils ne le faisaient pas, ils sont des « criminels ».

Avec AFP

Source : VOAAfrique

VOAAfrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here