Des opposantes appellent à une marche « sans homme » mercredi en Guinée

0
35

« La première condition que l’on demande aux hommes: que personne ne sorte ce jour-là », a déclaré la députée Mariama Tata Bah lors d’un congrès de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) de l’ancien Premier ministre Cellou Dalein Diallo.

La Guinée est confrontée depuis le début du mois à des manifestations qui ont fait au moins une douzaine de morts, dont certains tombés sous les balles des forces de l’ordre.

>> Lire aussi : Un manifestant tué lors de la journée « ville morte » à Conakry

Ces manifestations sont liées aux élections locales du 4 février, dont les résultats sont contestés par l’UFDG, à un conflit dans l’enseignement qui dure depuis trois semaines, et à un appel à la grève générale lancé par un puissant syndicat qui avait fait de Conakry une « ville morte » le 26 février. Un jeune homme, tué ce jour-là, par des gendarmes selon l’opposition, doit être enterré lundi.

La députée a insisté: il ne doit y avoir « aucun homme dehors ». Ni militants, ni gendarme, ni policier ou militaire. « Si c’est pour notre sécurité, nous allons l’assurer nous-mêmes », a-t-elle dit.

Quant aux femmes, elles sont invitées à porter des « tenues de couleur blanche, accompagnées de foulards rouges ».

« Il faut que ce gouvernement d’Alpha Condé arrête, il faut que les forces de sécurité cessent, puisque tous ceux qui sont devant eux, ce sont leurs frères, leurs sœurs », a ajouté l’opposante.

Avec AFP

Source : VOAAfrique

VOAAfrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here