Centrafrique : Le récit du drame de la Basse-Kotto avec le poignant témoignage du Pasteur Jean Dangouin

0
94

« Si je suis en vie aujourd’hui, c’est Dieu qui m’a protégé. Si non, on devait mourir avec ma famille dans les trois événements successifs meurtriers à Kembé », a résumé le Pasteur Jean-Fernand Dangouin de l’église Elim de Kémbé-Centre dans un entretien exclusif à CNC.

En effet, la situation sécuritaire qui prévaut dans la ville de la Basse-Kotto et à Kémbe en particulier va au-delà de l’effroyable. Plusieurs personnes ont été massacrées et continuent malheureusement de connaitre le pire. Des centaines de maisons incendiées, ainsi que des églises chrétiennes détruites… Le désastre humanitaire plombe les rescapées des populations souvent terrées en brousse de peur d’être tuées.

Rappelons que les trois événements douloureux dont a fait allusion l’homme de Dieu sont ceux du 22 septembre 2017 ; du 10 octobre 2017 et ; le dernier en date du 05 octobre 2017.

Revenant au cas du Pasteur Jean-Fernand Dangouin, sa famille et lui-même ont été pris en otage et ont failli être tués par les groupes armés, notamment les éléments dits d’auto- défense issus du mouvement local des Anti-balaka. Il aura fallu la providence divine pour que le Pasteur, par tous les moyens et par toute voie, arrive à Bangui avec sa famille, sains et saufs.

« Je n’ai pas l’intention de quitter mon ministère pastoral, ce dernier événement du 05 et 10 janvier m’ont contraint de quitter la ville », indique-t-il en poursuivant qu’à la date d’aujourd’hui, de violents combats se poursuivent, et ce, quotidiennement entre éléments d’auto- défense et les ex-Seleka. « Plusieurs personnes qui ont trouvé refuge dans ma paroisse ont été tuées, les maisons incendiées, toutes les églises pillées, la population s’est vidée de la ville de Kembé et d’autres ont trouvé refuge dans la brousse, pour se mettre à l’abri des envahisseurs », a-t-il expliqué.

Le serviteur de Dieu a indiqué qu’ils ont été pris en otage avec sa famille et d’autres personnes a l’intérieur de son église par les éléments d’auto- défense, et après, ils étaient libérés grâce à un chef du quartier qui est lui-même membre d’auto- défense. Le Pasteur a déploré par ailleurs le fait que les auto-défenses qui ont attaqué la ville considèrent toute la population civile comme leurs ennemis, ils tuent et pillent sans distinction, les musulmans et chrétiens.

« Curieusement, ce sont les ex-Séleka qui protègent la population civile mieux que les auto- défenses qui se disaient nos protecteurs », a souligné Pasteur Jean Fernand Dangouin, avant d’ajouter qu’il s’est sauvé avec toute sa famille grâce à l’appui des Séleka qui les ont transportés dans leur véhicule pour un transfert dans la localité de Dimbi à 25Km de Kémbé.

L’homme de Dieu termine par le plaidoyer pour les populations de Basse-Kotto. « Ils n’ont pas de sécurité, d’abri, de médicament ni de nourriture. La population est abandonnée à son triste sort ».

En somme, le Gouvernement est attendu pour sauver une population en détresse.

Source : abangui

abangui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here