Le gouvernement réagit suite à des accrochages entre groupes armés au Km5, à Bangui

0
189

Bangui, 23 fév. – Le porte-parole du gouvernement, Ange Maxime Kazagui, a annoncé, en milieu de matinée vendredi 23 février 2018 à Bangui, que les forces de sécurité intérieures étaient au côté de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations-Unies en Centrafrique(MINUSCA) pour sécuriser le quartier du Km5, à Bangui où des accrochages entre des groupes armés ont eu lieu entre 4 heures et cinq heures du matin.

« Aux premières heures du 23 février 2018,les populations de la ville de Bangui se sont réveillées au rythme des déflagrations des armes au quartier musulman du pk5 résultant des échauffourées entre les bandits armés qui pensent que la paix ne va pas revenir au PK5 », a déclaré Ange Maxime Kazagui.

« Le ministre de l’Intérieure Chargé de la Sécurité Publique, le général de Brigade Henri Wanzet Linguissara avec les forces de la Sécurité Intérieure sont présentement sur le terrain, ce qui a permis le retour du calme dans cette partie de la capitale Bangui », a-t-il indiqué.

« Le gouvernement et les Forces de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations-Unies en Centrafrique(MINUSCA) sont en train d’œuvrer pour ramener définitivement la paix sur toute l’étendue du territoire nationale, et le quartier musulman du km5 ne fera pas l’exception » a-t-il également souligné.

Il a fait savoir que les informations détaillées sur le nombre des victimes, morts et blessés, seront données ultérieurement.

Il convient de signaler que ces affrontements ont lieu au moment où comparaissent devant la cour criminelle de Bangui 16 anciens éléments d’autodéfense du Km5, poursuivis pour association de malfaiteurs, détention illégale d’armes et munitions de guerre, atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat et rébellion.

Source : abangui

abangui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here