La Sous-secrétaire générale de l’ONU, Ursula Mueller, invite la communauté internationale à soutenir la réponse humanitaire en Centrafrique

0
35

Bangui-La Sous-secrétaire générale de l’ONU aux affaires humanitaires, Ursula Mueller, a animé, jeudi 22 février 2018 à Bangui, une conférence de presse au cours de laquelle elle a lancé un appel pressant à la communauté internationale de continuer à soutenir la réponse humanitaire dans le pays.

Ursula Mueller a expliqué que la République Centrafricaine fait face à une crise à grande échelle et que la violence se propage rapidement à travers le pays alors que des besoins critiques et urgents augmentent et devraient être couverts.

«Les civils continuent de subir le poids de la violence et de l’insécurité dans le pays, tandis que la protection des civils restera donc au cœur de notre action en 2018 », a-t-elle poursuivi.

Elle déploré le fait que cette situation inquiétante survient à un moment où le financement de la réponse humanitaire en RCA au cours de ces trois dernières années a fortement diminué.

« Nous devons agir maintenant pour éviter une nouvelle détérioration qui nécessiterait une réponse beaucoup plus importante et qui pourrait sérieusement affecter la stabilité et la sécurité de toute la région de l’Afrique Centrale », a-t-elle indiqué.

Elle a aussi relevé que le nombre des déplacés a presque doublé en un an, atteignant 694 000 personnes alors que les organisations humanitaires aux prises à cette catastrophe humanitaire peinent à répondre aux nouveaux besoins.

Elle a souligné avoir été témoin de la dégradation de la situation humanitaire lors de sa visite à Paoua (499 km au nord de Bangui) où l’afflux soudain de plus de 65000 déplacés en raison des violences toujours en cours a engendré une pression écrasante sur la communauté déjà vulnérable.

Selon elle, Paoua est une preuve de l’imprévisibilité et de la fragilité de la situation sécuritaire en République Centrafricaine.

Elle a indiqué que les organisations humanitaires devraient disposer de moyens plus importants pour fournir une assistance humanitaire efficace et conforme aux principes et qu’elles devraient être aussi en mesure de fournir rapidement et efficacement des services d’assistance et de protection.

« Pour ce faire, les humanitaires devraient être en mesure d’atteindre les personnes touchées là où elles se trouvent et indépendamment de qui contrôle ces régions », a-t-elle insisté.

Elle a noté que ses échanges avec les autorités nationales et les principales parties prenantes telles que la MINUSCA et les partenaires au développement se sont focalisés sur l’importance du renforcement de la protection des civils et de la sécurité.

Basile Rébéné

Source : abangui

abangui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here