Centrafrique : SIBUT (Kemo), un exemple de cohésion sociale dans un monde de brutes

0
42

Sibut – la thématique de la cohésion sociale et du vivre ensemble, plus qu’un slogan pour Henri Dépane le tonique maire de Sibut, une ligne de conduite. Sa ville se relève après de longs mois d’effroyables violences inter-urbaines, causées par les “anti-paix” comme il les nomme. Il y a eu des centaines de morts, quantité de déplacés et de réfugiés. Mais Sibut s’en est remise.

Il y a une année encore, peu aurait parié sur le salut de cette ville en prise aux violences des bandes armées. Et pourtant, elle a réussi à se retrouver, à se transformer socialement et communautairement. Les liens rompus se renouent, les activités économiques et diverses reprennent.

A la manœuvre, son Maire, Henri DÉPANÉ qui a su créer des synergies positives de relèvement en mobilisant toutes les communautés, civiles comme religieuses. La population s’est relevée, en multipliant les “marches pour la paix” :

“Même s’il y a encore ça et là des nids de violence, la ville a retrouvé son calme. La préoccupation majeure de toutes les autorités de cette ville, c’est le vivre ensemble. Nous avons multiplié les réunions de sensibilisation avec l’aide de la MINUSCA. Nous avons mis en place un comité de paix. Et j’ai demandé à chacun de revenir. La ville de SIBUT et de nouveau un modèle de culture de la paix et de cohésion sociale.” Affirme DÉPANÉ.

Source : abangui

abangui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here