Risque d’attentats en Afrique du Sud après un enlèvement de Britanniques

0
37

Le couple a été kidnappé le 12 février à Vryheid, dans la province sud-africaine du KwaZulu-Natal (nord-est), et n’a toujours pas été retrouvé, selon la police sud-africaine.

D’après un avertissement publié par le ministère britannique des Affaires étrangères, « il est très probable que des terroristes essaient de mener à bien des attaques en Afrique du Sud ».

« Les attaques peuvent être conduites de façon indiscriminée, notamment dans des endroits fréquentés par des étrangers comme les centres commerciaux des principales villes », a prévenu le Foreign Office.

>> Lire aussi : Cinq policiers et un militaire tués par un gang armé en Afrique du Sud

« La principale menace provient d’extrémistes liés à Daech (acronyme en arabe du groupe jihadiste Etat islamique). En février 2018, deux personnes ayant la nationalité sud-africaine et britannique ont été kidnappées », a précisé le ministère sans plus de détails.

La police sud-africaine a indiqué avoir procédé à l’arrestation de deux suspects – Sayfydeen Aslam Del Vecchio et Fatima Patel – soupçonnés de l’enlèvement du couple et de « possible infraction » à une loi anti-terroriste.

Mais elle a refusé de faire un lien entre le kidnapping et le groupe Etat islamique (EI).

Fatima Patel, âgée de 27 ans, avait déjà été interpellée en 2016, au moment de l’arrestation près de Johannesburg de frères jumeaux soupçonnés de préparer des attentats et d’avoir voulu rejoindre l’EI.

Fatima Patel avait alors été inculpée pour détention illégale d’arme, a précisé jeudi à l’AFP un porte-parole de la police, Lloyd Ramovha.

>> Lire aussi : Ramaphosa veut « panser les plaies » du massacre de Marikana en Afrique du Sud

Les Sud-Africains qui se sont rendus en Syrie, Irak et Libye « sont susceptibles de poser une menace sécuritaire à leur retour », selon le Foreign Office qui a aussi mis en garde contre la menace que font peser des « personnes inspirées par les groupes terroristes comme Daech ».

En 2016, les Etats-Unis et le Royaume-Uni avaient déjà mis en garde contre le risque d’attaques menées par des islamistes en Afrique du Sud.

Ce pays d’Afrique australe, qui compte 1,5% de musulmans parmi ses 53 millions d’habitants, a jusqu’à présent été épargné par les attentats jihadistes, contrairement à d’autres pays africains.

Ave AFP

Source : VOAAfrique

VOAAfrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here