Seconde grève des enseignants en une semaine en Algérie

0
57

Le 14 février, de nombreux enseignants des établissements publics du pays avaient déjà cessé le travail à l’appel d’une « intersyndicale » regroupant cinq syndicats algériens de l’éducation, promettant de poursuivre leur mouvement si leurs revendications n’étaient pas satisfaites.

Dimanche, une réunion avec la ministre de l’Education, Nouria Benghebrit, « n’a pas produit de résultats concrets », a expliqué à la télévision le président du Syndicat national des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (Snapest), Meziane Meriane.

Interrogé à la télévision nationale, le président de l’Union nationale des personnels de l’éducation et de la formation (Unpef), Sadek Dziri, a estimé que « la grève est suivie à 70% sur l’ensemble du pays ».

Dans le centre d’Alger, le mouvement était très suivi mardi dans les lycées mais peu dans les écoles primaires, a constaté un journaliste de l’AFP.

A l’école primaire Halima Saadia, « les cours ont eu lieu normalement », a déclaré à l’AFP Abderrahim, père de deux élèves.

En revanche, les élèves du lycée Bouamama, au coeur d’Alger, ont dû rentrer chez eux, la quasi-totalité des professeurs ayant fait grève.

« Notre professeur d’anglais nous a annoncé dès notre arrivée en classe ce matin qu’elle était en grève », a expliqué à l’AFP, Asma, élève de première.

Le ministère de l’Education n’a donné aucune estimation sur le nombre de grévistes.

Le secteur de l’éducation est régulièrement perturbé en Algérie par des grèves portant principalement sur des revendications salariales.

Avec AFP.

Source : VOAAfrique

VOAAfrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here