Malaise autour d’un sketch télévisé sur l’Afrique diffusé au Nouvel an chinois

0
43

La séquence incriminée faisait partie des sketches humoristiques de la longue soirée de réveillon programmée jeudi par la chaîne d’Etat CCTV pour célébrer le Nouvel an lunaire, et regardée par des centaines de millions de Chinois.

Dans un décor rappelant la savane, on voyait l’actrice chinoise Lou Naiming le visage recouvert de maquillage noir, affublée d’un postérieur factice, portant de larges vêtements colorés et un plateau de fruits sur la tête… et suivie d’un autre comédien grimé en singe.

Jouant le rôle d’une mère africaine, elle réalise que sa fille a demandé au présentateur chinois sur scène de faire semblant d’être son petit ami pour échapper à un rendez-vous romantique arrangé. Après un dialogue en mandarin, plein de quiproquos, l’actrice conclut avec enthousiasme: « J’aime la Chine! », sous les applaudissements.

Apparemment destinée à promouvoir l’amitié sino-africaine et les investissements grandissants de Pékin dans les infrastructures en Afrique, la séquence montrait aussi un groupe de danseurs noirs arborant pagnes, coiffes à plumes et tam-tams aux côtés d’acteurs déguisés en zèbres, girafes ou lions.

Le sketch a provoqué des réactions très vives de la part d’internautes étrangers sur Twitter, qui ont fustigé des préjugés « racistes » et reproché à CCTV d’imiter la pratique occidentale du « blackface » – un terme désignant les caricatures théâtrales des Noirs.

Mais le numéro suscitait également le malaise en Chine même, où des centaines d’internautes faisant part de leur consternation sur la plateforme de microblogs Weibo.

« Ce sketch offense aussi bien les Africains que les spectateurs chinois, cela n’avait rien de comique », insiste un usager de Weibo.

Un autre abonde: « Je n’y vois pas du tout l’expression de l’amitié sino-africaine, mais l’attitude raciste d’une soit-disant grande puissance arrogante ». « Complètement inapproprié », tranche un troisième.

Une autre réaction, censurée mais recensée par le site Free Weibo, ironisait sur l’émergence d’un « nouvel orientalisme » où « l’ingénieur chinois remplace le missionnaire occidental » en terre africaine.

D’autres internautes chinois, en revanche, défendaient CCTV: « Je n’y vois franchement rien de raciste, la Chine n’attache pas beaucoup d’importance à tout ça », assurait l’un.

Alors que persiste en Chine une préférence traditionnelle pour les hommes et filles à la peau blanche, critère de beauté traditionnel, les médias et publicités véhiculent volontiers des représentations ethniques stéréotypées.

L’an dernier, une entreprise de lessive avait dû s’excuser après avoir diffusé une vidéo où une Chinoise engouffrait un homme noir dans une machine à laver avec du détergent: celui-ci en ressortait sous les traits d’un Asiatique.

Avec AFP

Source : VOAAfrique

VOAAfrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here