L’opposition exige une nouvelle commission électorale en Côte d’Ivoire

0
42

Pour une fois d’accord, les deux tendances rivales du Front populaire ivoirien (FPI) ont trouvé « injuste et inacceptable la surreprésentation du pouvoir dans la CEI », l’actuelle commission électorale indépendante, chargée d’organiser les scrutins à venir.

Le camp des « frondeurs » du parti fondé par l’ancien président Laurent Gbagbo, et le camp rival dirigé par Pascal Affi N’Guessan, l’actuel président du parti, ont tenu des conférences de presse séparées au même moment jeudi à Abidjan.

>> Lire aussi : Des frondeurs du FPI rejettent les accusations de complot lancées par le gouvernement ivoirien

« Nous demandons au pouvoir de s’asseoir et discuter (…) si le message est entendu, tant mieux pour la Côte d’Ivoire, si ce n’est pas entendu donc nous aviserons », a déclaré Aboudramane Sangaré, qui mène les frondeurs.

« Je n’ai pas prononcé le mot de boycott ». Mais « je ne vois pas l’intérêt d’aller à une élection pour aller à une élection », a-t-il martelé.

De son côté la plateforme regroupant six partis politiques de l’opposition, dont la faction du FPI de Affi N’Guessan, a appelé à « l’application de l’arrêt » de la Cour africaine des droits de l’homme qui exige la modification de la composition de la CEI, représentée par huit membres du pouvoir contre quatre de l’opposition.

>> Lire aussi : Accusations d’ »ingérences multiples » par le gouvernement gabonais : un conseiller présidentiel limogé en Côte d’Ivoire

Ces opposants ont rendu public l’arrêt de la Cour qui estime que l’ »Etat défendeur a violé son obligation de créer un organe électoral indépendant et impartial ».

« Ce qui est fondamental aujourd’hui, c’est qu’un acteur engagé dans une compétition ne doit pas dominer l’instrument de régulation de cette compétition », a souligné M. Affi N’Guessan lors de sa conférence de presse.

Lors d’une conférence de presse mercredi, le Premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly a rejeté les critiques contre la CEI, estimant qu’elle était le « fruit d’un consensus entre tous les acteurs politiques avant les dernières présidentielles de 2015 ».

>> Lire aussi : Le « Oui » largement en tête des résultats partiels en Côte d’Ivoire

Le président ivoirien Alassane Ouattara avait annoncé, lors de son allocution télévisée du Nouvel An, que les élections municipales, régionales et sénatoriales auraient bien lieu en 2018, sans toutefois en préciser la date.

Le quotidien ivoirien Le Patriote, proche de M. Ouattara, a récemment annoncé pour « le 28 juillet » la date des municipales et régionales qui concernent 197 communes et 31 régions du pays.

La CEI a annoncé une révision des listes électorales pour « très bientôt ».

Avec AFP

Source : VOAAfrique

VOAAfrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here