Centrafrique : Tension vive entre les conducteurs de moto et la police après l’assassinat d’un homme par un agent de police

0
134

BANGUI, 29 JANVIER 2018(RJDH) — Un jeune homme d’une trentaine d’années a été abattu par un auxiliaire de police  ce matin sur l’avenue David Dacko à Bangui. La tension est montée d’un cran entre les habitants du 2e Arrondissement qui ont barricadé l’Avenue David Dacko et le commissariat de police de la localité.

Wilfried Azouandji, c’est le nom du jeune homme abattu par cet agent auxiliaire de la police tôt ce matin dans le deuxième arrondissement de Bangui. Les premières informations recueillies par le RJDH parlent de disputes entre le défunt et les forces assurant le contrôle de routine sur cette avenue.

Un témoin retrouvé sur les lieux relate les faits en ces termes, «la moto du défunt a eu un accident au carrefour de TP sur l’avenue David Dacko. Le conducteur a été transféré à l’hôpital. Etant saisi de l’accident, le propriétaire de la moto était venu sur les lieux où se trouvaient déjà deux auxiliaires de police. Les auxiliaires et certains conducteurs ont commencé à se disputer et l’auxiliaire a ouvert le feu sur le propriétaire de la moto qui voulait intervenir pour atténuer la situation.  Atteint de deux balles à la tête, balles tirées par l’auxiliaire de police, le propriétaire de la moto meurt sur le coup. Alertée une foule accourt et apeuré l’agent de police fait des tirs de sommation en l’air pour disperser les gens avant de prendre en otage un autre conducteur de moto taxi pour le ramener au commissariat du 2ème arrondissement » a-t-il expliqué.

Pleins de colère après avoir été avertis du drame, les parents de la victime ont pris d’assaut le commissariat du 2ème arrondissement avec le corps inanimé de leur parent avant de transporter sur la tête au quartier Sapeké 2. L’un des parents de victime interrogé souhaite que la justice soit rendue, « l’acte est déjà commis, nous allons ramener le corps à la morgue, mais il faut qu’une enquête soit ouverte et que la justice soit rendue pour notre fils. Et nous sollicitons aussi l’aide du gouvernement pour le reste », a-t-il souhaité.

Des tirs nourris ont été entendus entre 11 et  midi suite à la mobilisation des parents contre les policiers. Ceux-ci par contre ont doublé leur dispositif de maintien de l’ordre et sont sur pied de guerre avec les manifestants.

Depuis lors, le gouvernement ne s’est pas encore prononcé sur cette affaire. La victime laisse derrière elle, une femme et trois(3) enfants.

Source : RDJH

RDJH

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here