Une marche de la société civile au Tchad

0
61

« La marche de la société civile prévue le 25 janvier est strictement interdite sur l’ensemble du territoire national », a indiqué le ministère de l’Intérieur et de la sécurité dans un arrêté, rendu public dans la nuit sur les ondes de la radio nationale.

« Les forces de défense et de sécurité sont tenues de veiller à l’application de cette décision », a souligné le ministère. L’interdiction a été relayée par SMS aux utilisateurs de téléphone portable.

>> Lire aussi : Les élèves dans la rue pour soutenir leurs enseignants au Tchad

Prévue de longue date par des organisations de la société civile, la marche du 25 janvier vise à protester contre les mesures d’austérité et la hausse du prix du carburant, dans un contexte de sévère récession économique depuis deux ans.

« Nous considérons cette interdiction comme arbitraire, irrégulière et injuste », a réagi à l’AFP le secrétaire général de la Convention tchadienne pour La Défense des droits de l’homme (CTTDH), Mahamat Nour Ahmed Ibedou.

« Cette interdiction aurait dû nous parvenir six jours après le dépôt de notre demande de manifestation, elle ne nous a pas été notifiée de façon formelle, pour nous elle est donc irrégulière », a poursuivi M. Ibedou, qui a réitéré l’appel à manifester.

>> Lire aussi : Interdiction de manifestations anti-Déby au Tchad

Huit organisations de la société civile prévoient cette marche pour protester contre « la mauvaise gouvernance, les injustices de toutes sortes et les mesures anti-sociales prises par le gouvernement ».

Les mouvements de grève et de protestation sociale sont rarement autorisés au Tchad, les autorités avançant des « raisons de sécurité ».

Régulièrement concernées par ces interdictions, les organisations de la société civile avaient décidé début décembre 2017 de « ne plus accepter les interdictions systématiques de (leurs) préavis de marche pacifique ».

>> Lire aussi : Le gouvernement évoque la « sécurité » pour justifier les interdictions de certaines manifestations au Tchad

Lundi, une grève massive des transporteurs, qui protestaient contre la hausse des carburants, a paralysé la capitale, où plus d’une centaine de personnes ont été arrêtées après des incidents.

Avec AFP

Source : VOAAfrique

VOAAfrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here