Au moins un « rebelle » tué dans de nouveaux accrochages avec l’armée en Casamance au Sénégal

0
35

C’est le deuxième accrochage mortel avec l’armée signalé depuis plusieurs années dans cette région, où le Mouvement démocratique des forces de Casamance (MFDC) mène depuis 1982 une rébellion indépendantiste.

Un affrontement entre des soldats et des rebelles présumés du MFDC le 15 janvier avait fait un mort dans les rangs de la rébellion, selon un responsable militaire sénégalais.

>> Lire aussi : Seize suspects inculpés et écroués pour la tuerie en Casamance

« On continue les opérations et il y a eu (samedi) des accrochages avec un mort côté rebelle, dans la zone de Boffa », près de Ziguinchor, principale ville de Casamance, région agricole et touristique bordée au nord par la Gambie et au sud par la Guinée-Bissau, a affirmé à l’AFP une source militaire.

« On est en train de nettoyer la zone », a ajouté cette source, selon laquelle l’armée sénégalaise n’a déploré aucune perte au cours de ces opérations.

Ce nouvel incident survient au lendemain de l’inculpation et du placement sous mandat de 16 suspects du massacre de 14 personnes le 6 janvier dans la forêt protégée de Bayotte, proche de Ziguinchor.

>> Lire aussi : Nouveaux accrochages entre l’armée et des bandes armées en Casamance

Ils ont été inculpés d' »association de malfaiteurs, assassinat, participation à un mouvement insurrectionnel et détention d’armes sans autorisation », selon une source proche de l’enquête.

Ces suspects avaient été arrêtés le 14 janvier et parmi eux figuraient plusieurs jeunes membres d’un comité villageois de surveillance des forêts, condamnés puis libérés en octobre à la suite d’un conflit avec des exploitants forestiers.

Selon des experts et le MFDC, le massacre du 6 janvier pourrait être lié à l’exploitation illicite du bois précieux en Casamance, région qui a connu une accalmie ces dernières années.

>> Lire aussi : Un « homme armé » tué dans un accrochage avec des militaires en Casamance

Quelques jours avant le massacre, le climat semblait particulièrement propice à une relance du processus de paix.

Dans son message de fin d’année, le président sénégalais Macky Sall avait lancé un appel à la rébellion pour faire « le pas décisif vers la paix définitive, une paix sans vainqueur ni vaincu », et deux membres du MFDC avaient été libérés le 1er janvier.

Avec AFP

Source : VOAAfrique

VOAAfrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here